Pat LeCantin

«Je peins avec le feeling du moment»

André-Constantin Passiour
Commentaires
Pat LeCantin
Photo prise par © Cesar OCHOA

C’est lui le charmant jeune homme que vous avez entre vos mains en ce moment ! Pas en réalité, bien sûr ! Sur la couverture plutôt… Pat LeCantin est photographe, mais aussi artiste peintre et webmestre. Un touche-à-tout quoi ! 

 
Très dynamique et sympa dans la vie, il le transpose sur ses œuvres abstraites aux teintes vives et toujours très colorées. S’il aime peindre grâce à ses émotions, il en fait de même pour la photographie puisqu’il privilégie avec modèles plutôt que des clichés d’événements, de situations ou d’objets… On pourra voir sous peu ses créations au nouveau lounge sur Amherst en avril prochain. Voici donc une courte entrevue réalisée tout récemment avec ce charmant garçon à surveiller.
  
D'où vient ton inspiration pour tes toiles et comment qualifierais-tu ton art ? C'est très coloré et dynamique, est-ce que cela reflète aussi ta personnalité, avec de l'énergie?
Ha l’inspiration! La question que tout le monde se pose. Pour ma part, je peins avec le feeling du moment. Je me laisse guider par le hasard, je le travaille, le stimule et le peaufine jusqu’à ce que je sois satisfait. Dans mon travail abstrait, je laisse les formes surgir et je m’en inspire pour la suite. Les couleurs par contre ne sont jamais laissées au hasard. Je sais spécifiquement ce que je veux comme contraste et comme ambiance. J’aime que les couleurs « pètent » entre elles. Elles sont le reflet de ma personnalité et de mon humeur. Je suis quelqu’un de très enjoué et énergique et je crois que ça transparait dans mes tableaux.
 
Est-ce qu'il y a des projets d'exposition sous peu que l'on peut annoncer ?
Ma prochaine exposition se tiendra au Lounge L’Un et l’Autre [l’ancien Gotha] sur Amherst, en avril. J’ai aussi été approché par quelques galeries pour 2014, mais rien de confirmé pour le moment. Ce n’est pas facile pour un artiste de trouver une bonne galerie qui saura bien le représenter. C’est un peu paradoxal j’en suis conscient, vu le fait qu’il y a un nombre impressionnant de galeries à Montréal.
 
Tu sembles toucher autant au figuratif moderne qu'à l'abstrait, est-ce que cela va avec l'inspiration du moment ou y a-t-il une tendance menant à l'une plus que l'autre ?
Dans mon travail je préfère toucher plus à l’abstrait qu’au figuratif pour la simple et bonne raison que je ne suis pas un dessinateur/graphiste. Je respecte beaucoup ceux qui sont capables de produire une œuvre hyperréaliste ou figurative sans modèle préétabli. J’ai plutôt mis mes énergies et mon temps là où je savais que j’allais être capable d’avancer, soit dans la composition, la structure, l’ambiance et les jeux de couleurs.
 
Qu'est-ce qui t'a mené à la peinture ? Les études, autodidactes, passion ?
Tout jeune je dessinais, gribouillais partout. La création a toujours été une partie importante dans ma vie. Personnaliser les objets, inventer, innover et dessiner a toujours fait partie de mon quotidien. Mon DEC et mon BAC en arts visuels interdisciplinaire m’ont beaucoup appris. Je ne parle pas de technique ici, mais plutôt de création. Nous n’apprenons pas à dessiner lors de ces cours. Nous apprenons davantage à créer.
 
Y a-t-il un lien entre la photographie et la peinture ? Quel type de photographie préfères-tu ?
Le lien le plus direct entre la photographie et la peinture serait la composition et la création. Je travaille beaucoup comme photographe de modèles. Je ne suis pas attiré par les photos de paysages ou d’architecture. Je trouve que je ne peux pas m’approprier le sujet suffisamment pour trouver ça intéressant. J’aime en faire quelque chose d’unique, qui m’est propre.