Gai écoute

Parce que ça fait du bien de clavarder et parler...

Julie Vaillancourt
Commentaires
campagne Ça fait du bien

Lancée le 27 janvier dernier, la plus récente campagne de sensibilisation de Gai Écoute vise à faire connaître les services de l’organisme auprès de la population adolescente et des jeunes adultes. Sous le thème « Parce que clavarder et parler, ça fait du bien! », Gai Écoute s’affiche dans les établissements scolaires de la ville de Montréal.

affiche Gai écoute« Dans un premier temps, la dernière campagne de Gai Écoute remonte à plus de 7 ans. Ainsi, la jeune clientèle ne connaissait pas nécessairement nos services », explique d’entrée de jeu Christian Paul Carrière, directeur général de Gai Écoute. Ayant reçu l’appui financier de la Ville de Montréal, la campagne est d’abord lancée dans la métropole, mais le directeur de Gai Écoute ne cache pas ses intentions futures : « Il y a une campagne nationale qui s’en vient, pour l’automne prochain… », annonce-t-il en primeur. La présente campagne vise ainsi les pré-ados, ados et les jeunes adultes, sans oublier les jeunes du primaire, car « souvent les questionnements des enfants et des parents débutent très tôt ». Ainsi, le but de la campagne, qui se veut très positive, souligne M. Carrière, vise à augmenter l’achalandage au niveau des services d’écoute et de clavardage, offerts entre 8 heures et minuit, 365 jours par année. Gai Écoute mise autant sur les ser-vices d’écoute téléphonique que ceux du clavardage, un aspect des plus pertinents, puisque les jeunes sont très férus du « chat » et des nouvelles technologies, et « même si le téléphone reste un instrument plus direct, le clavardage augmente en popularité d’année en année », souligne M. Carrière. Rappelons que ces services prodigués par des intervenants et bénévoles, s’adressent à toute personne se questionnant sur les réalités lesbiennes, gaies, bisexuelles et transidentitaires (LGBT), ainsi qu’à leurs parents : « Nous avons beaucoup d’appels de parents par rapport à ce que vivent leurs enfants. Souvent les parents ont peur que leurs enfants soient victime d’intimidation et d’homophobie en milieu scolaire. Depuis un an, nous avons aussi beaucoup d’appels et de questionnements liés au côté transidentitaire ». Qui plus est, le service de Gai Écoute s’adresse aussi à tous les intervenants du milieu scolaire : « Ce ne sont pas tous les professionnels qui sont à l’aise de discuter des questions liées à l’orientation sexuelle, car souvent ils ont peu de connaissance du sujet. Gai Écoute est là pour aider ces professionnels. Notre campagne s’adresse particulièrement à ceux qui se retrouvent face à eux-mêmes et qui n’osent pas nécessairement en parler. Pouvoir en parler à quelqu’un, en fin de compte, ça ne peut que leur faire du bien. J’avais constaté dans les écoles que lorsque les jeunes affirmaient leur homosexualité, ils vivaient beaucoup moins d’homophobie que quand ils étaient isolés dans leur coin. » Ainsi, les intervenants de Gai Écoute désirent éclairer les gens en questionnement, sur les pistes de solution qui peuvent être utilisées, conclut Christian Paul Carrière: « Le service est anonyme et confidentiel, et tous peuvent nous contacter en toute confiance. Il ne faut pas hésiter à appeler, car lorsqu’on vit une situation difficile et qu’on ne l’exprime pas, ça crée de l’isolement. Lorsqu’on vit seul avec un problème, on avance plus, mais on recule. Ainsi, communiquer avec nous peut permettre de faire de petits pas à chaque fois afin de trouver des pistes de réflexion ».
 
GAI ÉCOUTE   Ligne d’écoute : Montréal : 514 866-0103.  Ailleurs au Québec : 1 888 505-1010. [email protected]