Toyota Corolla 2014

Une personnalité plus affirmée

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Toyota Corolla 2014

Elle fait partie du paysage automobile québécois depuis des années. Elle n’avait rien de particulier, sinon un look passe-partout, une résistance à nos hivers, une qualité de fabrication bien établie et pour couronner le tout, une économie d’usage et d’entretien remarquables. Le super bon choix raisonnable, la voiture sans problème, pratique et assez spacieuse pour une petite famille. 

 
Les chiffres le prouvent, puisque la Corolla est le modèle le plus vendu de Toyota depuis 18 ans et représente 25 % de toutes les ventes du constructeur au Canada. Se fondant sur ce succès, la Corolla a évolué mais sans grand bouleversement, préférant vivre sur sa réputation que sur le risque inconnu. À l’été 2013, la Corolla a été profondément remaniée, mais son style dans des tendances actuelles ne fera pas date dans l’histoire du design automobile. Un style qui s’apparente à la Nissan Sentra, la Kia Forte, la Dodge Dart, ses principales concurrentes. 
 
Impossible pourtant de ne pas s’apercevoir du changement. L’avant présente des lignes plus agressives, une calandre amincie et élargie et les phares (équipés de série de lampes DEL) se perdent dans les ailes avant sculptées. L’arrière est plus massif permettant l’implantation d’un coffre plus imposant mais sans pour autant dénaturer l’ensemble de la silhouette. À l’intérieur, nouvelles technologies obligent, la console centrale engrange les fonctions traditionnelles comme la climatisation et le système de son auxquels s’ajoute l’écran tactile de communication. L’espace n’est pas compté aussi bien pour les passagers avant que pour les passagers arrière, un des plus grands dans la catégorie. Enfin un accent particulier à été mis sur la qualité et l’assemblage des matériaux pour donner une petite touche luxueuse sans pour autant que le prix d’achat s’en ressente. 
 
La Corolla se décline en trois version (CE, LE, S). La Corolla CE est le modèle de base, bien peu équipé pour ne pas que le prix d’entrée ne franchisse la barre des 16 000 $. À ce prix, la CE est équipée d’une transmission automatique à quatre rapports de plus en plus rare même dans ce segment. En revanche, ceux qui opteront pour une boîte manuelle bénéficieront de six vitesses. Le moteur de 1,8 litres et qui est le même dans les trois versions développe 132 chevaux, peut-être un peu juste pour donner de la vivacité à cette Corolla un peu anémique à tout point de vue. 
 
La version LE reçoit une toute nouvelle transmission à variation continue qui répond au joli nom de CVTi-S, plus dynamique que la plupart des transmissions semblables offertes par la concurrence. Et la LE se détaille dans une version ECO avec toutes les modifications nécessaires pour réduire la consommation d’essence et les émissions polluantes grâce à une technologie qui optimise le mélange air-essence en tenant compte du régime du moteur. Pour ne pas affecter les performances, la puissance du  moteur 1,8 litre de la LE ECO a été augmentée pour atteindre 140 chevaux. 
 
Enfin la Corolla S, se veut la plus sportive dans sa présentation. Elle reçoit la même motorisation et la même transmission que la LE, mais avec la possibilité de passer les vitesses manuellement à l’aide des palettes placées derrière le volant. Quelques équipements supplémentaires distinguent le modèle haut de gamme de Toyota.  Sur la route, on remarque que les qualités de la Corolla n’ont pas changé mais que la nouvelle mouture est un peu plus dynamique et vivante, donc plus plaisante à conduire. On regrette seulement que pour ce modèle sur lequel la marque nipponne fonde autant d’espoir que pour les anciennes générations, la Corolla ne bénéficie pas d’une nouvelle plateforme, ni d’un nouveau moteur.