Garçons Sculpteurs

«Parce que la création m’inspire»

André-Constantin Passiour
Commentaires
garcon sculeur

Le salon Garçons Sculpteurs a plus de 10 ans d'existence dans le Village. On a commencé tout petit, sur Sainte-Catherine, dans le local où loge Fido présentement. Mais Yanick Daigle, son concepteur et propriétaire avait des projets qu’il ne pouvait mettre à exécution faute d’espace. Après cinq ans, Garçons Sculpteurs déménage à côté du resto Saloon, dans cet endroit lumineux au plafond élevé. Coiffeur, barbier, bronzage, massothérapie, tatouage, collection du designer Superstein, manucure, pédicure, maquillage, la vision d'affaire du propriétaire, soit de faire plus qu'un salon de coiffure et créer un concept avant-gardiste réunissant divers services liés à la beauté, à l'esthétique et à la détente, se concrétise au fil des ans. 

Ce n'est pas pour rien que plusieurs personnalités du milieu artistique que ce soit des animateurs radio des journalistes, des chanteurs, des acteurs figurent parmi la clientèle de Garçons Sculpteurs. L'équipe, tout comme le salon, est aussi unique que diversifiée. « J'aime quand c'est différent et que ça ne ce voit pas ailleurs. C'est pourquoi j'aime m'entourer d'une équipe polyvalente. Tout en conservant la vision de la mode de Garçons Sculpteurs, ils ont, tout un chacun, une technique de travail ainsi qu'une formation de milieux différents ce qui fait de mon équipe une force unique. Garçons Sculpteurs j'en suis le créateur, mais l’équipe en est la force », dit Yanick Daigle. La diversité, c’est le leitmotiv de cet homme au grand cœur qui est bien plus qu’un aficionado de la mode.
 
Yanick Daigle, dont les yeux bleus pétillent d’excitation, n’est pas dans le métier de la création depuis la dernière pluie, révèle-t-il timidement. Il a fait son cours à l’école Unisexe coiffure, puis il est recruté par un salon dans le Village à la fin des années 90.  « Mais je voulais en savoir toujours plus, me perfectionner, continue Yanick Daigle. Je suivais des formations partout où je pouvais et j’assistais au plus grand nombre de shows de mode possible. De fil en aiguille, j’ai fini par enseigner moi-même et former des coiffeurs avec ma technique. La première année de Garçons Sculpteurs nous étions quatre garçons, le salon était reconnu pour sa musique dance, car les grands Dj de la scène montréalaise y faisaient tourner leurs soundtracks. Puis, avec le déménagement, cela a amené une nouvelle clientèle, l’ambiance, tout comme la clientèle, se sont diversifiées. Par exemple, maintenant on peut toujours entendre un des soundtracks du DJ Ian Key ou bien Lynda Thalie. Dans les salons, il y a souvent une certaine direction, pas ici, ce n’est pas ma conception. Au contraire, ici il y a une clientèle diversifiée et différente, cela reflète complètement ma vision et j’en suis très satisfait», estime-t-il.
 
Des peintures d’artistes locaux ornent les murs et d'ici quelques semaines de nouveaux barbiers se joindront à l'équipe de coiffeurs des Garçons Sculpteurs ainsi que le designer Pascal Guilbault connu entre autres pour son travail artistique au Bal en Blanc et comme chapelier au Cirque du Soleil « J’aime encourager les gens de notre communauté, il faut s’entraider. J’aime appuyer les gens du Village, soit en commanditant le concours Miss Cocktail, soit en prenant en charge la direction artistique capillaire des danseurs du Black & Blue et du Salon de l'Amour et de la Séduction, en étant juge dans différents concours, ou en participant de différentes façons dans les spectacles de Michel Dorion.»
 
Les commandites et les appuis pullulent, car Yanick aime quand ça bouge, mais ce n’est pas qu’une question de visibilité, comme dans le cas de fondations, cela le touche profondément et il en ressent une grande satisfaction personnelle. Que ce soit de remettre plus de 250 coupes de cheveux gratuites à un événement présenté par Jean-Sébastien Lavoie pour la maison Adhémar Dion au théâtre Rialto ou encore se rendre au Manoir Ronald McDonald remettre plusieurs certificats cadeau aux parents qui ont le triste sort de vivre avec un enfant malade, « d'avoir l'opportunité de remettre un peu de joie dans le coeur de ces personnes n'a aucun prix, aucune reconnaissance n'est plus gratifiante que ça. Et tout ça est possible grâce à l'esprit d'équipe et la colla-boration de toute mon équipe », précise-t-il.
 
« Le célèbre Barbier des sportifs du Grand Montréal Ménick a accepté de former spécialement notre coiffeur Gabriel comme barbier en venant directement au Garçons Sculpteurs pour me transmettre personnellement son savoir et son amour du métier en tant qu'homme d'affaires, me dit Yanick Daigle dont les yeux pétillent d'excitation. Le service offert de barbier est un service classique, avec la serviette chaude appliquée sur le visage, le rasage traditionnel et tous les soins. Je suis très content, car c’est surtout ça Garçons Sculpteurs, la diversité, la recherche de choses nouvelles, la relation avec la clientèle… »
 
À voir Yanick, un peu hyperactif dans son salon, on ne pourrait pas croire que c’est un gars qui aime la campagne et les rénovations, pourtant, il n’y a pas que le gym qui explique la carrure de ses épaules. « Je suis un mordu de construction, de rénovation, de réaménagement, c’est moi, mon père et mon chum qui avons fait tous les travaux du sous-sol et du salon. Je suis un passionné, j’aime rénover des habitations, voir les possibilités et, éventuellement, les revendre », note-t-il. « Ma plus récente passion était d'acheter un petit chalet suisse 3 saisons, à la campagne, et de le rénover au fil du temps en maison de campagne habitable à l'année, c'est d'ailleurs à cet endroit que j'aime me retrouver le plus souvent possible. »
 
Et l’avenir alors, comment il se présente pour Garçons Sculpteurs et Yanick Daigle ?
« C’est toujours d’aller de l’avant parce qu’il y a toujours quelque chose qui bouge, qui change selon les influences, les tendances, la mode, etc. Il y a les demandes des clients aussi et j’aime créer mes propres collections en observant ce qui s’en vient parce que la création me stimule, c’est comme ça qu’on va de l’avant… », termine-t-il avec sa voix chaude.
 
Garçons Sculpteurs  1335, rue Sainte-Catherine Est, Montréal