La syphilis est toujours présente

Encore une foutue campagne de prévention syphilis ?

Logan Cartier
Commentaires
professor

Pourquoi, encore nous achaler avec ça. On la connaît. Plusieurs d’entre nous les ont eues les injections dans les fesses. Peut-on baiser en paix? Si nous continuons à vous rappeler que la syphilis est présente, c’est parce qu’elle est… toujours présente! Malgré que vous la connaissez et que vous savez qu’elle est présente, elle continue à se répandre au sein de notre communauté. Au cours des cinq dernières années, les cas de syphilis ont augmenté de 60% chez les hommes gais et les hommes qui aiment le sexe avec les hommes.

 
La syphilis se transmet lors d’une pipe ou d’un rimming (contact oral), lorsque vous enculez ou vous vous faites enculer (contact anal) et même parfois en vous frottant nu contre un ou plusieurs partenaire(s) ou en partageant vos jouets sexuels.  Bref, à travers une panoplie d’activités que vous aimez pratiquer.  Vous pouvez l’éviter en arrêtant de baiser, mais nous ne croyons vraiment pas que ce soit une décision réaliste. 
 
La syphilis se traite.  Et ça, vous le savez sûrement aussi.  Mais, encore faut-il se faire dépister.  Le dépistage est un moyen garanti qui vous permet d’avoir l’heure juste sur votre état de santé sexuelle et surtout qui vous permet de la préserver.  Il est recommandé de passer au moins trois tests par année si vous avez plusieurs partenaires. Qui plus est, si vous devez vous faire traiter, vous contribuez à réduire le nombre d’infections dans la communauté. Si tous les hommes gais et les hommes qui aiment le sexe avec les hommes se font dépister régulièrement, c’est notre communauté qui exercera un contrôle sur l’épidémie.Se faire dépister contre la syphilis, c’est : préserver sa santé, préserver la santé de ses partenaires sexuels, aviser ses partenaires et avoir un impact sur l’évolution de l’épi-démie. Convaincu? On le souhaite.  
 
Mais vous vous dites sûrement que vous n’avez pas le temps pour ça, que vous n’avez pas de médecin de famille, que le système de santé est complexe, peu accueillant et vous avez peur d’être jugé.  Un épineux problème, nous l’avouons, et sur lequel nous travaillons en collaboration avec le réseau de la santé.  N’empêche qu’il y a de nombreux sites de dépistage au Québec.  Dans plusieurs régions, l’organisme communautaire de lutte contre le VIH offre ce service et il y a au moins un CLSC dans chacune des régions administratives du Québec qui l’offre également, sans compter les cliniques spécia-lisées ITSS que l’on retrouve surtout sur l’île de Montréal.  À soirée légendaire, un dépistage c’est clair.  Mais, bon, si la baise est ordinaire, faites-vous quand même dépister…  
 
Pour trouver le site de dépistage le plus près de chez vous ou le mieux adapté à vos besoins, consultez le site wwww.pretpourlaction.com.