Portraits nus, 1880-1915

Les Beautés siciliennes

Benoit Migneault
Commentaires
Les Beautés siciliennes

Les éditions Nicole Canet frappe à nouveau en pleine cible avec un ma-gnifique ouvrage dressant un panorama du nu masculin dans la période charnière des débuts de la photographie, soit de la fin du 19e au début du 20e siècle

Le travail de trois photographes de renom s’y trouve exposé : Wilhelm von Gloeden, Wilhelm von Plüschom, cousin du précédent, et Vincenzo Galdi. 
 
Le cadre, comme le titre l’indique, est évidemment la Sicile, que ce soit au niveau des paysages ou des modèles, et cet élément est omniprésent dans chacune des photographies : que ce soit au niveau du grain de peau, de la langueur des traits, des visages au nez patricien ou de la chaleur torride qui semble exulter de chacune des scènes. La couleur sépia, si caractéristique des photographies du début du siècle, est dominante dans les œuvres présentées et distille un parfum à la fois noble et mysté-rieux. On peut également noter quelques étranges et rares œuvres où les joues et le gland des mo-dèles furent coloriés à la main par Vincenzo Galdi. 
 
On est ici loin des mises en scène soigneusement étudiées, en compagnie de modèles professionnels, auxquelles la photo-graphie moderne nous a depuis longtemps habitués. En l’espèce, on ne retrouve ici que des hommes issus des classes populaires, pour la plupart situés dans la vingtaine ou la fin de l’adolescence bien que l’on retrouve également quelques photographies de garçons et de filles. Même dans le cadre de certaines pauses résolument sexuelles, je songe notamment ici au modèle portant le pseudonyme très approprié d’il serpente (le serpent), l’ensemble dégage une étrange et fascinante impression d’innocence auquel il est difficile de résister.
 
Un parcours enchanteur et troublant à travers le désir, et la curiosité ethnologique, éprouvés par trois hommes et recueillis, pour la postérité, sur plaque photographique. On devrait même plutôt dire «sauvés pour la postérité», puisque, très souvent, les œuvres furent détruits suite au décès des photographes ou des collectionneurs. On imagine, sans peine, le travail de moine réalisé par Nicole Canet pour retrouver et ainsi rassembler ces photographies jusqu’alors éparses ou égarées. Un ouvrage de facture impeccable et visuellement éblouissant. 
 
Beautés siciliennes : Portraits nus, 1880-1915 / Wilhelm von Gloeden, Wilhelm von Plüschow & Vincenzo Galdi. Paris : Éditions Nicole Canet, 2014. 248p. Disponible, en une édition limitée et numérotée de 1000 exemplaires, à la galerie Au bonheur du jour (www.aubonheurdujour.net).