VIH - prévention

Un politicien gai révèle publiquement être sous traitement préventif contre le VIH

Logan Cartier
Commentaires

Scott Wiener, superviseur à la municipalité de San Francisco, a publié une tribune mercredi dernier, intitulée « Sortir du placard de la PrEP », dans laquelle il révèle publiquement être sous traitement préventif contre le VIH. 

Scott Wiener est devenu l'un des premiers hommes politiques aux États-Unis à annoncer publiquement qu'il a recours à la PrEP (prophylaxie pré-exposition) afin de réduire le risque d'infection par le VIH.

A 44 ans, ce politicien ouvertement gai, élu du quartier gai de Castro et membre du Conseil de Surveillance de la ville de San Francisco, révèle qu’il est sous traitement permanent au Truvada dans une tribune publiée par le site Huffington Post.

« Chaque matin, je prends une pilule appelée Truvada pour me protéger contre l'infection par le VIH », écrit-il.

Cette stratégie, aussi connue comme prophylaxie pré-exposition, ou PrEP, réduit le risque d'infection par le VIH jusqu'à 99 % si la pilule est prise une fois par jour. 

« C’est un choix personnel que j’ai fait en consultation avec mon généraliste. Je suis passé à la PrEP pour me protéger mieux et pour prendre ma santé en main. Je suis séronégatif et je tiens à le rester », explique Wiener.

En faisant ce « coming out » préventif, il se pose en promoteur de la PrEP.

« Trop de personnes ne contrôlent pas complètement comment et quand ils ont des rapports, si leurs partenaires utilisent un préservatif et ignorent les risques que prennent ces derniers, constate Scott Wiener dans sa tribune. Il est important d'encourager les personnes à risque pour le VIH à parler à leur médecin de tous les outils et méthodes disponibles pour prévenir l'infection, y compris la PrEP, et de choisir les méthodes qui leur conviennent le mieux ».

« En tant qu'élu, la divulgation de cette décision personnelle sur ma santé a été un choix difficile, mais nécessaire », porsuit-il. « Après toutes ces années, nous voyons encore une énorme stigmatisation, la honte, et le jugement sur le VIH, et autour de la sexualité en général. C'est précisément la raison pour laquelle j'ai décidé de parler publiquement de mon choix: afin de contribuer à un dialogue plus large sur la santé de notre communauté. »

Son plaidoyer a été accueilli positivement par la San Francisco Aids Foundation, qui l’a qualifié d’« incroyablement courageux ».