entrevue avec Eric Paul Leue

Utiliser la PrEP ou non ?

André-Constantin Passiour
Commentaires
Eric Paul Leue
Photo prise par © Eric Schwabel

Choisi en tant que Eagle Mr. Leather Los Angeles 2014 (M. Cuir), en mars dernier, Eric Paul Leue est arrivé 7e à la prisée compétition de Mr. International Leather de Chicago au mois de mai. Mais le grand Eric qui mesure plus de 6’ est reconnu pour son travail de prévention et de sensibilisation au VIH depuis plus de dix ans maintenant, luttant particulièrement contre la stigmatisation des personnes séropositives. Un des rares à être aussi ouverts, ce M. Cuir L.A. est un ardent défenseur de la PrEP, soit le traitement VIH avant une exposition au virus (ou prophylaxie pré-exposition). Cela lui vaut les critiques de plusieurs, mais, pour lui, cela est plutôt le point de départ du débat et l’information sur ce qu’est la PrEP véritablement…

Natif de l’ex-Allemagne de l’Est, Eric Paul Leue est bénévole depuis plusieurs années dans le communautaire. Il y a quelques semaines, l’homme de 27 ans a été engagé en tant que directeur de la santé sexuelle pour le studio et site web KINK.com de San Francisco, un site qui fait dans le fétichisme, autant hétéro que gai… « Ils [les responsables du studio] m’ont recruté parce qu’ils étaient au courant de ma grande connaissance en la matière du VIH et des ITSS (infections transmissi-bles par le sexe et par le sang), souligne-t-il. Ils veulent démystifier ce qu’est le kink, le BDSM et qu’ils prennent au sérieux la santé et la sexualité non pas uniquement des acteurs qu’ils engagent, mais aussi de la population qui regardent les scènes et ceux qui sont dans la communauté kink. Je fais donc souvent la navette entre Sans Francisco et Los Angeles en plus de participer aux conférences sur le VIH, la prévention, etc. Je n’ai jamais pensé que j’occuperais un jour un tel poste. Pour le bénévole que je suis, cela est superbe. »
 
Eric Paul LeueM. Leue a participé à près d’une vingtaine de conférences, ateliers et panels afin de discuter de la PrEP. De Los Angeles à Berlin, de l’Iowa à San Francisco, les questions reviennent et se ressemblent. « Qu’est-ce que c’est ? Comment on l’utilise ? Comment peut-on se procurer [ce traitement] ? Qui peut en prendre ? Il y a bien des questionnements et des idées préconçues sur la PrEP. Les gens ne savent pas trop de quoi il en retourne et, parfois, cela entraine des critiques, mais qui ne sont pas fondées sur des données scientifiques valables et sur les études réalisées jusqu’à présent. Il faut informer les gens d’abord et, ensuite, ceux-ci verront si c’est une méthode de prévention qui leur convient ou non, mais cela demeure un choix très personnel », explique Eric Paul Leue.
 
Pour ceux qui ne le savent pas, le Truvada (tenofovir et emtricitabine – FTC) est le seul médicament approuvé par la FDA (Food and Drug Administration), l’équivalent de l’Agence de la Santé du Canada, depuis 2012 à des fins de la PrEP, il est facile à prendre puisqu’il consiste en une seule pilule par jour. De plus, le Truvada a enre-gistré le moins d’effets secondaires comparés à d’autres médicaments antirétroviraux. Selon les directives de 2014 des CDC (Centres de prévention des maladies infectieuses) concernant la PrEP, sept doses par semaine offre une prévention de transmission du VIH à la hauteur de 92 %.
 
Résidant depuis quelque temps à Los Angeles, Eric Paul Leue indique toujours qu’il n’est pas séropositif. Cependant, deux de ses trois conjoints précédents étaient séropositifs et, souvent, la crainte d’une infection a miné leurs relations. Mais pourquoi un M. Cuir veut-il s’impliquer dans cette cause qui n’attire pas que des alliés ? « Eh bien, nous avons maintenant une méthode qui peut prévenir l’infection au virus du VIH, dit M. Leue. Le milieu cuir a toujours appuyé la cause du VIH depuis le début de la crise qu’a subi la communauté gaie. Je voulais donc me servir de mon titre afin d’honorer et de servir ma communauté et de rendre hommage aux disparus [du sida]. En parlant de prévention, c’est de montrer que nous, dans la communauté cuir et kink, sommes également des gens responsa-bles, à savoir quel type de relations sexuelles voulons-nous. Il faut comprendre qu’on a souvent attaqué la communauté cuir parce qu’on pense qu’on parle souvent de sexe et que l’on pratique le sexe bareback [sans condom] et qu’ainsi on infecte les autres avec le virus du VIH. Il s’agit plutôt de parler de sexe dans un contexte de prévention, des diverses options de prévention et ainsi informer sur la PrEP. »
 
Eric Paul Leue œuvre depuis l’âge de 18 ans à la prévention du VIH. « Mes parents et ma famille savent que je suis engagé depuis ce temps à discuter de sexe, de fisting, de relations sexuelles sécuritaires, ils savent que j’ai donné des ateliers en ce sens. Il faut dire qu’en Allemagne, comparé aux États-Unis ou en Amérique du Nord en général, on n’a pas les mêmes restrictions en ce qui a trait à la sexualité, à l’éducation sexuelle. La moralité n’est pas la même», 
affirme M. Cuir Los Angeles.
 
Rencontré par une belle matinée d’automne dans un café du Village, il parle de moralité, d’éducation sexuelle et d’information sur la sexualité et les ITSS. « Aux États-Unis, on ne veut pas parler de sexe dans les écoles parce que la droite religieuse chrétienne va vivement réagir et s’emporter en disant que c’est encourager les jeunes à avoir du sexe. Mais la réalité parle d’elle-même : il y a 26 % de grossesses chez les adolescentes aux États-Unis contre seulement 6% en Euro-pe. Pourquoi ? En raison de l’éducation sexuelle et de toute l’information qui est véhiculée. »
 
Il en va presque de même pour la PrEP, ce n’est pas parce qu’on l’utilise, qu’on va encourager plus les comportements à risques, le bareback, etc. Mais il faut que cela aille de pair avec un suivi médical et des tests réguliers de dépistage du VIH et des ITSS. Pour ce militant, porter le condom et la PrEP sont de bons moyens pour ne pas propager la maladie. Pour lui, la PrEP s’ajoute à l’usage du condom car, on a beau dire on a beau faire, porter le condom ne règle pas tout : « On peut être infecté par une gonorrhée, par une chlamydia, par une syphilis même si on porte le condom et puis, depuis quand a-t-on du sexe oral avec un condom, vous en avez vu vous qui font ça tout le temps ? Non, c’est extrêmement rare pour ne pas dire jamais que l’on verra quelqu’un porter un condom pour sucer une queue. La PrEP est donc une arme de plus pour se prémunir du VIH.» 
 
Eric Paul Leue devait rencontrer certains responsables de l’étude québécoise Ipergay sur la PrEP. Car en ce moment, certains préconisent de prendre la PrEP tout le temps comme les CDC et l’OMS, alors que d’autres, veulent vérifier si un usage intermittent (comme l’étude Ipergay). «L’usage intermittent de la PrEP est intéressant, rajoute M. Leue. Est-ce que prendre quatre ou cinq pilules de temps en temps suffisant ? Mais je me demande pourquoi a-t-on encore besoin d’une autre enquête, lorsqu’il y en a déjà eu plusieurs et qui ont démontré l’efficacité du traitement quotidien? Nous connaissons déjà tous les tenants et aboutissants, des milliers de personnes ont déjà été suivies avec Iprex, mais ce sera intéressant de les rencontrer et de voir leur point de vue, car je suis là pour discuter.»
 
Peu après la rencontre avec Eric Paul Leue, l’enquête franco-québécoise Ipergay annonçait qu’elle laissait tomber sa branche placebo controversée en raison du trop grand risque de voir des hommes gais s’infecter.?Tous les participants prendront dorénavant le Truvada. Elle se base sa décision sur l’étude britannique Process.
 
Pour ce sexy M. Cuir, si la prophylaxie préexposition nous met au défi d’ouvrir nos horizons, il est impératif cependant, d’accéder à une information juste non fondée sur des jugements de valeur, la stigmatisation ou des émotions. Dans le magazine Leatherati.com, en juillet dernier, il écrit : « Des informations présentées lors de la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI), en 2013, ont démontré une efficacité de 70 % concernant la prévention du VIH lorsqu’on porte un condom de manière régulière. Même le président de la AIDS Healthcare Foundation (AHF), Michael Weinstein, qui est ouvertement contre la PrEP, est en accord avec le fait que la PrEP représente une efficacité de 99 % dans la prévention du VIH lorsque prise de manière régulière. De manière régulière est ici le mot clé ». Dans cette foulée, il voit d’un très bon œil l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui «recommande fortement» aux hommes gais de considérer d’utiliser la PrEP dès maintenant, alors que 116 organisations VIH-sida reconnues approuvent les directives des CDC sur la PrEP
 
« Qu’avons-nous appris en 35 ans de VIH-sida ? On a vu l’apparition des médicaments et l’amélioration de l’état des gens. La PrEP fait donc partie de cette évolution, car nous avons maintenant un outil de prévention dont l’efficacité a été étudiée et documentée scientifiquement. Pourquoi donc ne pas s’en servir ? C’est à ça qu’il faut penser pour prévenir la transmission de cette maladie et ainsi arriver, un jour, à l’éradiquer », de conclure Eric Paul Leue.
 
Eric Paul Leue