Affaires

Les investisseurs sont au rendez-vous!

André-Constantin Passiour
Commentaires
Place au Village

Alors qu’un tas de locaux demeurent à louer sur Saint-Denis et que l’hécatombe se poursuit toujours sur le boulevard Saint-Laurent, il est heureux de constater que, dans le secteur du Village gai, il n’y a qu’un très petit nombre de locaux vacants. De plus, certains édifices ou terrains ont été vendus, et plusieurs projets sont dans l’air. Même le grand complexe de l’Hôtel Bourbon/Club Sandwich a trouvé preneur en peu de temps… On a joué à la chaise musicale pour certains commerces ce qui ouvre la possibilité à d’autres changements dans le Village sous peu.

Le terrain face au Cabaret Mado que l’on appelle « Aire Banque Nationale », là où il y a en ce moment l’installation « Haie », ne pourra être vendu ou construit par ses propriétaires. C’est qu’en juillet dernier, il a été voté au conseil d’arrondissement de Ville-Marie une « réserve foncière » sur ce terrain. C’est important, car cela garantit à la Société de développement commercial du Village (SDC) et, par conséquent, à Aires Libres, que ce terrain demeurera un espace pu-blic pour recevoir des installations d’art. « Cela a toujours été notre crainte que ce terrain, que nous louons depuis de nombreuses années, soit vendu, mais maintenant cela nous rassure. Le maire [Denis] Coderre a placé cette réserve foncière sur ce terrain avec pour objectif qu’il soit acquis d’ici 2017, soit juste à temps pour le 375e anniversaire de la ville. Pour nous, c’est l’endroit idéal pour poursuivre les installations d’arts d’AIRES LIBRES. C’est une très bonne nouvelle », explique Bernard Plante, le directeur général de la SDC.
 
Place au VillageRachats et améliorations
Comme vous l’avez remarqué, depuis cet été le complexe Bourbon avait été fermé, la Ville ayant décelé des problèmes graves de structure. Mis en vente, cela n’a pas pris de temps et cet édifice de trois étages, entre les rues Alexandre-DeSève et Champlain, a déjà trouvé preneur. On ne sait pour sûr ce qui adviendra du joyau du défunt Normand Chamberland qui a construit ce complexe d’hôtel et de restaurants/bars. Va-t-il être démoli pour faire place à un nouvel édifice? Sera-t-il rénové de fond en comble ? « Une chose est certaine c’est que, selon le zonage, le rez-de-chaussée est obligatoirement à vocation commerciale. Les étages supérieurs pourraient aussi avoir une vocation commerciale ou être transformés en logements (condos ou locatif) et les gens auraient ainsi une très belle vue sur le magnifique parc Campbell [à l’arrière], qui est un secret bien gardé du quartier », rajoute M. Plante. Quant à l’autre bâtiment, érigé par M. Chamberland jadis, le Drugstore, fermé depuis le 15 octobre 2013, il ne semble pas avoir trouvé d’acquéreur pour l’instant.
 
Sur un autre front des édifices vacants, l’ancienne station d’essence et l’ancien Théâtre Champlain (qui fut ensuite l’Églie Vie et Réveil) – coin Papineau et Sainte-Catherine – ont été rachetés tout récemment et donc l’on procèdera à la construction d’un nouvel édifice… En décrépitude, l’ex « Château du pantalon » (à l’angle de Champlain) possède maintenant un nouveau propriétaire qui a l’intention de rénover le tout. À côté de La Mie Matinale, l'espace inoccupé depuis belle lurette a trouvé preneur avec l'ouverture du délicieux resto Birman appelé Dagon. À quelques pas de là, malheureusement, cela avait été annoncé depuis quelque temps, mais maintenant c’est officiel que la librairie Ménage à Trois déménagera sur le boulevard Rosemont dans un local beaucoup moins coûteux. Un tout petit peu plus loin, à côté du resto Bato Thai, l’ancien local du resto cajun Mardi Gras a été repris par une école d’esthétisme.  Et enfin, les travaux de rénovation et d’agrandissement de TVA sont terminés.
 
Place au VillageComme vous l’avez sûrement constaté, le IGA de la Place Dupuis a été rénové et agrandi, malgré le fait qu’il n’existait que depuis 5 ans et a même installé sa petite sœur « Rachelle-Béry » à quelques centaines de mètres au coin Wolfe.  De plus, la SAQ (coin St-André) a traversé la rue pour le confort de la Place Dupuis. « Cette succursale devient une SAQ Express et est donc ouverte jusqu’à 22 h », commente Bernard Plante. En se déplaçant ainsi, la SAQ laisse vacant l’espace attenant à la Station des Sports, qui en profitera pour s’agrandir. « Avec ce déménagement de la SAQ, il y avait des rumeurs, comme quoi, la SAQ face au métro Beaudry fermerait ses portes, mais c’est plutôt qu’ils cherchent à se déménager, ailleurs dans le Village, dans un local plus grand. Donc, non, elle ne met pas la clé sous la porte », souligne M. Plante. Toujours près du métro Beaudry, on aura aussi vu que le café Tim Horton’s a été complètement rafraîchi et réaménagé avec le comptoir placé au fond à présent pour une meilleure circulation.
 
Sur la rue Amherst, inoccupé depuis l’an passé, l’ancien restaurant Ella Grill renaît sous la forme d’un resto de pizzas appelé MagPie. « Ce sont de bonnes nouvelles, là encore. Il n’y a pratiquement plus de locaux de disponibles sur Amherst. Même l’ancien local de Laflamme Électrique fait place à une chocolaterie », note Bernard Plante. 
 
Mais il y a un bémol à tout cela… « Les gais ont investi le Village, au début des années 1980 et avaient entrepris de rénover les locaux à l’époque, c’était bien, mais ça fait plus de trente ans maintenant et certains ont grandement besoin de rénovations. Donc il y aura ça à considérer dans un proche avenir, estime M. Plante. Avec le temps, on s’aperçoit aussi que les propriétaires d’édifices commerciaux, qui résident dans le quartier et/ou qui possèdent un commerce dans le quartier, prennent vraiment à cœur leurs édifices, les rénovent et n’hésitent pas à dépenser des sommes d’argent importantes. Par contre, les autres propriétaires sont moins enclins à en faire autant et contribuent plutôt à la spéculation immobilière dans le secteur.
 
Place au VillageEncore aujourd’hui, près de 95 % des commerçants ne sont pas propriétaires des édifices (ou du local) dans lesquels ils sont logés. Cela pose un problème, dans la mesure où les hausses de loyers se font à leur détriment. Il faut qu’ils soient plus à l’affût des opportunités pour devenir propriétaire, un peu comme l’ont fait les proprios des boutiques de vêtements Évolution et Osez du Bar le Cocktail , ainsi que la Galerie Dentaire qui est un grand succès.» 
 
Le meilleur baromètre de la santé d’une artère commerciale provient du niveau et de la fréquence des investissements provenant du secteur privé. Et, à ce niveau, le Village est plus que choyé... quand on la compare à bien d’autres artères commerciales. Par contre des mesures devront être mises en place par les autorités pour contenir la vague de spéculation immobilière et permettre ainsi une meilleure diversité dans l’offre commerciale de notre petit bout d’artère, mieux connue sous l’appellation contrôlée  «VILLAGE».