Colombie-Britannique

UNE ÉVASION SOUS LA NEIGE À WHISTLER

Olivier Gagnon
Commentaires

L’an dernier, à pareille date, j’étais dans la planification de mon premier voyage dans l’Ouest. J’avais déjà Vancouver dans la mire et j’avais décidé, avec mon copain, qu’on pourrait également faire un détour par les États-Unis pour visiter Seattle. Une autre destination me chicotait… Tant qu’à être dans le coin, pourquoi ne pas aller voir du côté de Whistler? Je dois l’avouer : ni lui ni moi n’étions jamais monté sur des skis (encore moins un snowboard) et je ne nous décrirais pas comme des gars de plein air, pas du tout même. Mais en y repensant à deux fois, il était pratiquement impossible de se rendre en Colombie-Britannique sans prendre la route vers cette destination internationale de ski – mais également de vélo de montagne et d’activités de plein air quatre saisons. Voici, en quelques mots, les principaux éléments d’un séjour réussi à Whistler.

Avant de partir…

À moins de deux heures de Vancouver en voiture, c’est un véritable dépaysement qui vous attend. Station olympique lors des JO de Vancouver en 2010, Whistler a bénéficié de nombreux investissements, en faisant une destination encore plus appréciée des visiteurs. On pense à la route aux paysages époustouflants pour s’y rendre, qui a été élargie et sécurisée, mais aussi aux nouvelles infrastructures tout autour des deux montagnes de Whistler (élévation totale de plus de 2 100 mètres) et de Blackcomb (élévation totale de plus de 2 200 mètres). Village achalandé tout au long de l’année, vous serez probablement surpris d’apprendre que 56% du tourisme se fait en été, grâce aux nombreux sports praticables sur les montagnes et dans les vallées.

Mieux connu pour le ski que pour sa vie gay, Whistler a malgré tout son propre festival LGBT, le Whistler Pride and Ski Festival, qui en est cette année à sa 23e édition. L’événement se tient du 24 au 31 janvier prochain, il n’est pas encore trop tard pour prendre des vacances de dernières minutes!

 

Ce pour quoi on s’y rend en hiver : la neige!

OK, je ne connaissais rien au ski avant d’arriver là-bas. Mais si vous êtes dans la même situation que moi, sachez que de nombreux professeurs (engagés directement par l’entreprise qui gère la montagne) vous permettront d’affronter des pistes assez surprenantes en moins de 8 heures de cours. Fait intéressant à noter : la plupart de ces profs sont des travailleurs saisonniers qui viennent d’Asie ou d’Océanie, ce qui rend l’expérience encore plus sympathique.

Pour les vrais amateurs, les montagnes de Whistler et Blackcomb sont un paradis sur terre, si bien que le lieu rafle année après année le titre de meilleur resort de ski en Amérique du Nord. Un peu plus d’un million de personnes s’y rendent chaque hiver pour profiter des plus de 200 pistes éparpillées sur les deux montagnes – un terrain de jeu de 3 300 hectares! Et si vous croyez que la saison est déjà bien avancée pour planifier votre voyage, détrompez-vous, parce que la majorité des pistes sont skiables jusqu’à la mi-avril (même jusqu’à la mi-mai du côté de Blackcomb).

Côté température, l’expérience peut-être un peu bizarre lors de la première visite. Considérant la situation géographique et la proximité de l’océan, le bas des montagnes demeure assez chaud (la qualité de la neige est souvent moins intéressante une fois rendu en bas), mais le sommet des montagnes est assez froid pour accueillir plus de 11 mètres de neige…

Si le ski n’est pas votre force (plusieurs personnes se rendent là-bas en groupe et certains doivent occuper leur journée autrement!), de nombreuses petites entreprises offre des activités en plein air fascinante. Du trecking, de la raquette, de la marche en forêt, etc. De notre côté, nous avons été tenté par une randonnée avec descente en tyrolienne de Ziptrek Eco-Tours. Cinq descentes, 2 heures de marche en forêt, dont quelques centaines de mètres sur des structures au sommet des arbres; c’est tout simplement génial, vous verrez là des paysages d’hiver qui vous marqueront pour longtemps. Si vous êtes game, lancez-vous la tête en bas, criez et profitez à fond de ces tyroliennes, qui sont parfois tellement en hauteur qu’on n’en voit pas la fin à cause des nuages!

Une fois la journée finie, on fait quoi?

Les traditions sont fortes à Whistler : l’après-ski et les spas sont très populaires dès la fermeture des pistes à 15 h. Qui dit mieux? Pour réellement en profiter, nous avons pris un taxi à la fin de notre journée pour se diriger vers le spa Scandinave, une succursale de la chaîne québécoise que vous connaissez probablement déjà. L’endroit est digne d’une carte postale, alors que les piscines et spas sont bordés d’une épaisse couche de neige (il en tombait un peu d’ailleurs ce soir-là, très romantique!) et de conifères, ce qui rend l’expérience encore plus rustique.

Une fois que vous aurez relaxé, le choix d’un resto risque d’être votre plus grande décision de la soirée, avec plus de 150 adresses au village ou en périphérie. Selon les dates où vous visiterez le coin, vous devrez peut-être réserver, au risque de vous retrouver sans place. Petit bémol : attention aux attrapes-touristes, alors que l’absence d’autres options fait souvent gonfler les prix abusivement. Une fois le repas terminé, prenez une marche et faites un arrêt dans l’une des 200 boutiques. Beaucoup d’endroits de type « souvenirs », mais également de nombreuses marques bien connues des amateurs de plein air. Les artistes dans l’âme ne sont pas en reste, alors que huit galeries d’art ont pignon sur rue. De tout pour tout le monde, définitivement.

Le dodo est chaque soir bien mérité. Et le lendemain, on recommence – la belle vie, quoi!

Ce voyage a été rendu possible grâce à Tourism Whistler.