Le chanteur Wayne Tennant

Vol plané dans l’univers de Wayne Tennant

Patrick Brunette
Commentaires
Wayne Tennant
Photo prise par © Hector L. Rustand

La photo accompagnant son nouvel album en dévoile beaucoup sur Wayne Tennant, le musicien, le voyageur, l’être chaleureux qui nous invite à partir en voyage avec lui. « Out of the box », c’est cinq chansons, cinq escales d’un long vol plané au cœur d’un homme lumineux.

L’itinéraire de Wayne Tennant est impressionnant. Né en Jamaïque, il tombe en amour avec la musique dès l’âge de quatre ans. « J’ai été élevé par ma grand-mère qui était musicienne, raconte-t-il. À la maison, elle s’installait au piano et chantait souvent. »
 
À neuf ans, il quitte la Jamaïque, direction Manitoba. « Ma mère était enseignante, on déménageait souvent. J’ai vécu ensuite en Arizona et en Californie », précise-t-il. Mais c’est à Toronto que son âme musicale prend son envol. À 15 ans, il participe à un concours musical. « Je me rappelle, en tant qu’adolescent, je ne me sentais pas bien dans ma peau. Mais en participant à ce concours, ça m’a permis de me faire une place et de m’affirmer », se souvient-il.
 
Dès 18 ans, Wayne chante professionnellement, tout en devenant infirmier auxiliaire sous les conseils de ses parents qui l’avaient convaincu se trouver un métier plus stable. Mais après huit ans, Wayne raccroche son uniforme d’infirmier et plonge à temps plein dans ce qui le fait réellement vibrer : la musique. « J’ai commencé par accompagner sur scène des artistes canadiens R&B comme Divine Brown et Glen Lewis. Ensuite, j’ai joint le band "God made me funky" avant de lancer ma propre carrière solo. »
 
Wayne TennantEn 2005, Wayne plie bagage et quitte Toronto direction Montréal : « Je trouve cette ville sexy et plus décontractée que Toronto. » Il s’installe à Montréal aussi pour une question… de cœur! « Ça fait presque dix ans que je suis en amour avec ce gars pour qui j’ai emménagé dans cette ville! »Il porte aussi la Jamaïque dans son cœur, même s’il n’y est pas retourné depuis 2003. Faut dire que ce pays des Antilles réprime fortement les droits des LGBT. « Je m’ennuie de la Jamaïque, de la nourriture, de la langue, de la musique… Mais j’hésite à y retourner, sachant que, là-bas, des gens sont tués sur la base de leur orientation sexuelle. »
 
Sortir des sentiers battus
La sensibilité de Wayne se laisse découvrir sur toutes les chansons de « Out of the box » et particulièrement dans la pièce « Why ». « C’est une chanson très importante pour moi. Je n’aime pas jouer les moralisateurs, mais j’avais besoin de poser des questions, de demander pourquoi on tue à cause des religions, de la couleur de la peau, de la sexualité. »
 
Wayne ne cache pas la fierté qui l’habite à la suite du lancement, en décembre dernier, de ce mini-album. Pour la première fois dans sa carrière musicale, il a été le seul pilote à bord de ce projet qui se déclinera en une deuxième partie, un autre mini-album, disponible dès juin prochain. Une stratégie différente pour un artiste qui veut sortir des sentiers battus. C’est d’ailleurs son plan de match : sortir du carcan de l’industrie musicale, ne pas se coller à un style en particulier. « Out of the box signifie sortir de ma zone de confort. Comme on peut le voir sur la photo de l’album, je m’éloigne d’une boîte, celle dans laquelle ma famille a toujours voulu m’enfermer.» 
 

OUT OF THE BOX, disponible sur iTunes et Google Play Store www.waynetennant.com