Rencontre avec la chanteuse Lorraine Segato

Le groove dans le cœur

Patrick Brunette
Commentaires
Lorraine Segato

Autant passer aux aveux dès maintenant : je suis un fan inconditionnel de Lorraine Segato, ex-leader du groupe Parachute Club qui nous a donné des succès comme Rise up et At the Feet of the Moon dans les mythiques années 80. Près de 25 ans après la dissolution de ce groupe canadien, Lorraine Segato revient avec un tout nouvel album solo :  Invincible Decency. Et le groove est toujours au rendez-vous!

Je me revois adolescent, collé à ma télé basse résolution, regarder le vidéoclip Rise up , le premier grand succès de Parachute Club. On y voyait le groupe chantant son hit sur une plateforme motorisée aux allures de char dans un défilé de la fierté! Je me rappelle aussi de Lorraine qui chantait « We want freedom, to love who we please » et je vivais un petit moment de fierté gaie…en cachette! Pourtant, à ce moment, je ne savais pas que Lorraine était elle-même gaie! 
 
« Je n’étais pas out à ce moment, me confirme la chanteuse de 58 ans. En fait, Parachute Club était davantage un groupe féministe. Et on militait aussi en faveur des droits des gais. C’est drôle que tu me parles de Rise up, car depuis des années, de nombreux jeunes gais m’ont dit que cette chanson les avait touchés. J’ai eu beaucoup de commentaires comme le tien. Je suis vraiment heureuse de constater que cette chanson ait eu cet impact! »
 
Avec les années, cette chanson est devenue un hymne. On a pu entendre Lorraine l’interpréter lors des funérailles de Jack Layton, l’ancien leader du NPD, décédé d’un cancer, en 2011. «Jack était un ami et peu de temps après son décès, le cancer a aussi emporté mon grand ami et cofondateur de Parachute Club, Billy Bryans.» C’est à la mémoire de Billy que Lorraine a composé la touchante chanson Times Like This, que l’on retrouve sur son tout nouvel album, disponible depuis février dernier.
 
Changer le monde
Pour son troisième opus solo, Lorraine Segato plonge dans des rythmiques qui rappellent les années Parachute Club. Le groove y est omniprésent. Sa voix chaude et suave transporte des textes toujours teintés de justice sociale, d’espoir dans un monde qui ne tourne pas toujours rond. « J’ai justement écrit ces chansons pour répandre un peu d’optimisme. Je ne veux pas verser dans le cynisme. »
 
parachute clubToujours politisée et militante, Lorraine se voit aujourd’hui beaucoup moins idéaliste qu’elle ne l’a été lors de ses premiers pas comme chanteuse. « À l’époque de Parachute Club, je pensais que la musique pouvait changer le monde. J’y croyais parce que je voyais à quel point la musique était associée à tous nos souvenirs durant notre vie : le premier amour, le premier road trip, les souvenirs d’un ami qui meurt... Maintenant, je ne crois plus que la musique puisse changer le monde, mais ça ne veut pas dire que je ne suis plus idéaliste, car j’ai toujours espoir de voir une meilleure répartition des richesses, de voir que chaque être humain sur cette planète ait un toit et suffisamment de nourriture. J’ai espoir en un monde avec plus d’harmonie et moins de cupidité! »
 
D’ailleurs, le titre de son album (et d’une chanson), Invincible Decency fait référence à un discours dans lequel l’ancien chef du NPD en Ontario et diplomate pour les Nations unies, Stephen Lewis, saluait ces grand-mères africaines qui combattaient les ra-vages du SIDA en prenant sous leurs ailes les enfants de leurs propres enfants décimés par le virus. Il qualifiait ces femmes de  Invicibly Decent, qui rappelle la force et la persévérance dont font preuve ces grands-mères vivant une situation insurmontable.
 
De toute évidence, Lorraine porte un respect sans borne pour Stephen Lewis. « Il m’inspirait avant même que je rencontre mon amoureuse, sa fille (Ilana Landsberg-Lewis), parce que chaque fois qu’il faisait un discours, j’étais épatée par son éloquence. Stephen est un homme intègre, authentique. Il veut faire le bien dans le monde, être utile pour les autres. Malheureusement, je ne le vois pas aussi souvent que je le voudrais, il est toujours parti à travers le monde! »
 
Mariée à Ilana depuis 2009, Lorraine n’a que de bons mots pour son amoureuse qu’elle qualifie de « brilliant and beautiful »! Ilana a travaillé pendant de nombreuses années au sein d’UNIFEM (Fonds de développement des Nations unies pour la femme) et dirige, depuis 2003, la fondation qui porte le nom de son père. Intrigué, je cherche dans les nouvelles chansons de Lorraine quelques traces de cet amour… en vain! « Beaucoup de chansons ont été composées avant qu’on soit ensemble. Et c’est plutôt rare que j’écrive des chansons à propos des gens proches de moi. Je suis plutôt privée. »
 
Si elle ne chante pas sa vie privée, elle la mettra toutefois en scène! La chanteuse qui a plusieurs flèches à son arc planche depuis six ans sur Get off my dress, une pièce autobiographique racontant son histoire, celle d’une fille d’immigrant née à Hamilton, Ontario. « Je prévois faire une tournée avec cette pièce dans quelques années. »
 
Entre-temps, elle travaille sur de multiples autres projets, dont un film avec la documentariste Shelley Saywell. « On a trouvé des musiciens sans-abris à Toronto. Je les emmène en studio d’enregis-trement pour vivre un moment de partage : je produis leur chanson et en échange, ils me racontent leur histoire. Le film, Low Down Tracks, est terminé et devrait sortir cette année dans les festivals ».
 
Des acquis à protéger
Depuis toujours, Lorraine embrasse différentes causes : défense des sans-abris, droits des autochtones, droits des femmes, environnement et aussi la question des droits LGBT. « Je suis ravie de voir tout le progrès accompli en matière de droits des LGBT. Je me rappelle, plus jeune, j’étais de toutes les manifestations dans les rues. Je me souviens aussi avoir eu peur de marcher pendant les Pride. Ces jours ne me semblent pas si loin. En ville, on se sent en sécurité, mais dès que tu en sors, il y a encore beaucoup d’homophobie, de racisme. Avec le recul, je suis heureuse de voir que les mentalités ont évolué, mais je me dis qu’il faut rester vigilants pour ne pas perdre nos acquis car tout peut changer! Et il faut aussi apprendre à la jeune génération tout le chemin parcouru pour être ici aujourd’hui. »
 
Lorraine Segato, femme de cœur, citoyenne impliquée, femme de tête et une musicienne de talent à découvrir ou à redécouvrir. 
 
INVINCIBLE DECENCY, disponible sur iTunes et aussi sur le site de Lorraine Segato   www.lorrainesegato.com