Salem

Une ville... ensorcelante

Yves Lafontaine
Commentaires
Salem

Fondée par des pêcheurs, cette petite cité des environs de Boston possède un centre historique exceptionnel, parfaitement conservé. Une ville ensorcelante qui célèbre les corsaires, les sorcières et la culture...

Salem est située à 25 km au nord de Boston. Une liaison en bateau rapide relie d’ailleurs les deux ports à la belle saison. C’est une superbe petite ville (d’environ 50 000 habitants) avec un centre historique exceptionnel, bien conservé.
 
salemLa ville fut fondée en 1626 (16 ans avant Montréal) par des pêcheurs. Il fut un temps où elle était la ville la plus importante de la côte. Non contente d’exporter la morue vers l’Europe, elle instaura le commerce entre la Nouvelle Angleterre et la Chine. Les clippers de Salem sillonnaient tous les océans, rapportant les marchandises les plus rares et les épices les plus recherchées. Le développement de Boston puis celui de New York lui furent envahissants au point que l’on laissa le port s’ensabler...
 
De cette époque florissante, la ville a gardé un centre historique avec une formidable collection de maisons privées du XVIIIe dont certaines sont maintenant des musées. Ce centre articulé autour de Chesnut Street est animé, rempli de boutiques, de cafés et de restaurants. On s’y retrouve volontiers à toutes les heures de la journée.
 
Quant au fameux épisode des sorcières, il ne se passa pas vraiment à Salem, mais dans un village des environs. Néanmoins, c’est à Salem qu’eut lieu le procès. Le Salem Witch Museum reconstitue parfaitement ce douloureux épisode qui vit la condamnation de 19 femmes. A l’époque (1692), les sorcières ou réputées telles n’avaient pas la vie longue et la justice était expéditive. Arthur Miller, futur époux de Marylin Monroe, en fit une pièce de théâtre à destination du maccarthysme des années 50.
 
Aujourd’hui, tout le monde connait Salem à cause de ses sorcières mais la ville vaut beaucoup plus par sa dimension historique, par son boardwalk, son port, ses musées (dont le splendide Peabody Essex Museum), et ses phares typiques de la côte du Massachussetts.
 
salemSi on qualifie volontiers la ville d’ensorcelante, cela ne doit rien à la sorcellerie mais à l’ambiance délicieuse qui y règne, à tel point qu’on y revient volontiers. Et si possible pour Halloween bien sur (il faut absolument réserver...)! La ville s’y transforme et tous les établissements organisent des partys et des bals costumés.
 
Il n’y a pas à proprement parlé de quartier gai, ni d’établissement spécifiquement gai, mais la ville est très ouverte et certains événements gais s’y déroulent, dont une Gay Pride. La ville est le lieu de résidence de plusieurs couples professionnels gais qui ont trouvé là des maisons plus grandes et bien meilleur marché qu’à Boston. 
 
QUOI VOIR ABSOLUMENT
Musée Peabody Essex
Le premier musée de Salem regroupe plus d'un million d'objets (peintures, sculptures, arts décoratifs, dessins, textiles, pièces architecturales) liés à l'histoire régionale et tout particulièrement à la vie maritime et au commerce international. Le département d'art et d'histoire maritime comprend de fascinantes figures de proue sculptées (19e siècle) et une vaste exposition sur la pêche à la baleine. Les 10 000 objets d'art asiatique d'exportation sont également remarquables. Au cours des dernières années, on a même reconstruit dans le musée une traditionelle résidence mutligénérationelle chinoise de deux étages. Le musée organise des visites guidées (sur réservation) de trois maisons d'époque retraçant l'évolution de l'architecture, des valeurs et de la vie locales.
 
Chestnut Street
Cette large avenue bordée de demeures de style fédéral témoigne de la prospérité de Salem au 18e et 19e siècle. La majorité des habitations, construites entre 1800 et 1820, se distinguent par leur taille et leur façade richement ouvragée. La Stephen Phillips Memorial Trust House (au n°34), agrémentée de meubles provenant du monde entier, est ouverte 
au public.
 
salemOÙ DORMIR
Hawthorne Hotel
En plein centre-ville, juste à côté du?Salem Witch Museum, ce «vaste» hôtel propose 93 chambres dans un style très Nouvelle-Angleterre : feu de foyer, riches boiseries et rideaux assortis à la décoration de chacune des chambre. L’hôtel est ainsi nommé  en l’honneur à l’écrivain Nathaniel Hawthorne, fils d’un des juges au procès des «sorcières» et auteur d’un classique de la littérature américaine House of seven Gables. La riche histoire de cet hôtel légendaire débute en 1925.    
 
Salem Waterfront Hotel & Suites
Dans un tout autre style, le Salem Waterfront hotel offre quatre-vingt-six chambres de bonens dimensions et au confort moderne, une piscine intérieure,la proximité de la marina et la vue sur la ville. Des forfaits sont régulièrement offerts.  
 
Plus d’infos sur : www.salem.org  et www.massvacation.com