Tennis

Je n'arrive pas à croire qu'aucun joueur masculin n'ait jamais fait son coming out

Chantal Cyr
Commentaires
Martina Navratilova

La légende du tennis féminin ouvertement lesbienne, Martina Navratilova,  déplore le manque de joueurs masculins ouvertement homosexuels dans le sport.

La joueuse tchéco-américaine — ancienne numéro un mondiale qui a remporté 18 titres du Grand Chelem dans sa carrière — est l'une des grandes sportives internationales à avoir rendu publique son homosexualité et à avoir publiquement milité en faveur des droits pour les personnes LGBT dans le monde.

Mais, curieusement, dans le tennis, il n'existe pas de professionnel masculin ouvertement gai en dépit du fait que ce sport a une image moins machiste que beaucoup d'autres.

Dans une interview au site sportif Laureus, Martina Navratilova déplore cet état de fait.

« Sur les courts de tennis, j'aimerais bien voir plus de joueurs qui sortent du placard. Je ne peux pas croire qu'il n'y ait jamais eu un joueur de sexe masculin qui ait pris la décision de faire son coming out », déclare-t-elle.

« Avec chaque célébrité ou un sportif qui le fait, cela devient de moins une affaire et c'est finalement ce que nous voulions », poursuit-elle.

« C'est plus difficile quand vous jouez dans des sports d'équipe que lorsque vous jouez dans des sports individuels. Comme joueuse de tennis, j'ai toujours pu jouer au tennis. Personne ne pouvait me dire, non, vous ne pouvez pas jouer parce que vous êtes lesbienne », précise Martina Navratilova.

« Mais bien sûr, cela dépend de quel pays vous êtes, parce que nous avons encore des pays où l'homosexualité est punissable de mort, de sorte que nous parlons ici des situations différentes, nuance l'ex-championne. En Amérique, nous nous battons pour l'égalité des droits et pour le droit de se marier. Dans d'autres pays, les gens se battent pour le droit de rester en vie. Donc, c'est une situation différente et c'est très personnel la décision de sortir du placard ou non ».

Concernant la possibilité de perdre potentiellement des commanditaires à l'occasion d'un coming out, l'ex-championne pense « que les temps ont changé ».  « Cela ne fait pas de différence financièrement. Je ne pense pas que les joueurs n'auront plus à passer par ce que j'ai vécu il y a 30 ans ».