Dual Citizen

L’expression d’un artiste citoyen

Julie Vaillancourt
Commentaires
Zwerg

Pour son 5e album studio en carrière, l’auteur-compositeur-interprète et multiinstrumentiste originaire du Nouveau-Brunswick ZWERG, a travaillé avec le producteur canadien John Philip Shenale, œuvrant à Los Angeles avec plusieurs artistes de renom. Une expérience marquante et enrichissante confie ZWERG, malgré une relation davantage virtuelle avec le producteur. Dual Citizen est à l’image de cette relation de confiance entre l’artiste et le producteur, de leurs discussions musicales, philosophiques, existentia-listes. Discuter avec ZWERG c’est non seulement parler musique, mais échanger sur sa conception de la vie. Entrevue concept avec l’artiste, inspirée de quelques-uns des 12 titres de son album.

Dans la chanson Ecclesiastic Ayre, tu chantes que le «changement est pertinent». Dual Citizen présente un changement de son, plus électro/pop que ton précédent album.
 
J’admets en toute transparence que mon séjour précédent en terres musicales plus organiques et folk émanait d’un désir de pénétrer davantage la scène musicale de la côte est canadienne. Cela  dit, j’aime tous les styles de musique et désir évoluer en tant que musicien, en sortant de ma zone de confort. Chaque album est une exploration : pour Dual Citizen, j’ai puisé dans le «out-and-proud gay dance scene», pour fièrement exposer qui je suis.
 
 À l’image de ta chanson, «Happy Being Crazy» tu sembles t’amuser à travers les concepts de tes pochettes d’albums, allant jusqu’à te maquiller pour les photos. 
 
Ma mère était professeure d’art et le dessin fut ma première forme d’expression artistique. Mon frère est un peintre abstrait qui m’inspire. L’expression visuelle a toujours eu une grande importance dans ma vie. Aussi, j’ai les symptômes du phénomène neurologique de synesthésie «graphèmes-couleurs»; j’associe noms, lettres, mois à des couleurs. Mes sens sont donc très aiguisés, interreliés. Quand j’écris une chanson, je la vois. Je suis très attiré par les concepts d’album, puisque ça complète mon expression artistique. 
 
Le milieu de la musique est-il aujourd’hui plus ouvert à l’homosexualité?
 
Aujourd’hui, je me sens en sécurité d’avouer mon homosexua-lité et je suis certain que c’est le cas de plusieurs vedettes de rock, cinéma ou autres modèles qui ont aidé la société, en ce sens. C’est plus accepté, mais je me demande parfois, dans 
le cas de certaines vedettes, si elles sont vraiment autant bi-
sexuelles qu’elles le disent ou utilisent l’étiquette pour être plus en vogue? Pour ma part, être gai n’est pas un choix. Lorsque 
je suis sorti du placard, j’avais dit à mon cousin : «Pourquoi choisirais-je cela, alors que toi (en tant qu’homme hétéro) sait à quel point la vie est déjà difficile?» Mon intention originelle avec ZWERG était d’aider au progrès, émanciper les tyrannisés. Au début, je niais mon homosexualité. Poussé par un environnement catholique, j’ai tout essayé pour devenir «hétéro» (même les thérapies testostérone) jusqu’à ce que je ne puisse nier, qui je suis vraiment.
 
Then there was you et Happy Being Crazy parlent d’un homme, un «maple sugar daddy». Est-ce le tien?
 
Depuis 5 ans, je vis avec mon copain Timmy O’Brien, qui a écrit Then there was you, à propos de notre relation. Je me réfère à lui comme étant mon «maple sugar daddy», mais il n’était pas trop chaud à l’idée de cette appellation, me disant qu’il n’était pas beaucoup plus vieux que moi! Timmy est un incroyable cadeau du paradis dans ma vie Heaven in my life...
 
Justement, Home is where… et «High in Heaven» sont très spirituelles, tout en évoquant le désir d’être soi-même…
 
Home Is Where est dédié à mon oncle, qui m’avait donné le livre de Raymond Moody sur les Near Death Experience. Les témoignages de NDE sont unanimes sur cette paix intérieure. Les expériences après la vie et êtres célestes sont impartiales quant à la religion, la race, l’orientation sexuelle, l’âge, classe sociale, etc. Je crois que les crimes religieux ne se produiraient pas si les gens n’étaient pas si aveuglés par l’idée de croire à la documentation archaïque. Pourquoi adhérer à ce que nos vies soient dictées par des dogmes vieux de 2000 ans, par des figures patriarcales qui opéraient en fonction des valeurs et normes sociales de leur époque? La majorité du Nouveau Testament propose des lettres écrites par Paul aux congrégations catholiques, leur disant comment ils doivent agir… Qui a dicté que l’homme devait être le chef de famille et que la femme devait s’y soumettre? Les hommes.  L’hypocrisie de L’Église m’irrite. La religion contrôle les masses. ZWERG prône la liberté et l’individualité, sans aucune intimidation. D’ailleurs, l’intimidation n’a pas besoin d’être publique pour faire mal, elle se cache souvent derrière l’hypocrisie.
 
«Drive away your pain» : l’art n’est-il pas le meilleur exutoire? Tu es aussi acteur, nous avons pu te voir dans Queer as Folk…
 
En effet, le monde serait meilleur, si les gens pouvaient exprimer leur douleur à travers l’art…créer à la place de détruire […] Je reprends mon rôle de Ben, dans la saison 2 de Sex & Violence de Thom Fitzgerald, sur OUTtv dès le printemps! La saison 1 est disponible sur iTunes. Dans les deux saisons, je me suis mis à nu full frontal... une expérience que j’ai bien aimé faire! 6 Julie Vaillancourt
 
L’album Dual Citizen disponible sur iTunes: itunes.apple.com
Site officiel : www.zwerg.ca et Facebook www.facebook.com