États-Unis

Réseau d’esclavage pour hommes gais devant la justice

Thomas Hammarberg
Commentaires
Reseau d'Esclaves

Un trafic d'être humain entre la Hongrie et les États-Unis a été démantelé l'an dernier. Un trio terrorisait ses victimes: des jeunes hommes forcés à se prostituer jusqu'à 20 heures par jour. Ils doivent maintenant répondre de leurs actes devant la justice américaine.

Un ressortissant hongrois a été reconnu coupable de trafic d’être humain et de racket par un tribunal de Floride, jeudi, raconte le «Miami Herald». Andras Janos Vass, 25 ans, avait monté une société baptisée Never Sleep Inc. «Jamais dormir»: une raison sociale choisie avec cynisme, puisqu’elle servait de paravent à des activités de prostitution forcée, d’abord à New York, puis à Miami depuis 2012.

Des jeunes hommes d’une vingtaine d’années étaient recrutées en Hongrie, via le site de drague GayRomeo, dont certains au sein de la communauté tzigane. «Ils pensaient qu’ils passeraient quelques mois à New York et feraient des dizaines de milliers de dollars avant de retourner dans leur famille», a expliqué une enquêtrice.

En arrivant aux États-Unis, les jeunes hommes étaient privés de leurs papiers d’identité et entassés dans un studio, où ils recevaient leurs clients ou effectuaient des prestations sexuelles via webcam. Selon l’accusation, les garçons devaient ainsi travailler jusqu’à 20 heures par jour sans voir la couleur de l’argent qu’ils gagnaient. Trois des victimes ont témoigné, mais le réseau aurait exploité jusqu’à huit jeunes hommes à la fois.

Deux autres Hongrois sont également poursuivis dans cette affaire: Viktor Berki, 28 ans, et un ancien policier de 31 ans, Gabor Acs. Ce dernier affirmait pouvoir s’en prendre aux familles des jeunes prostitués grâce à ses contacts au pays. Le trio prétendait également être capable de faire disparaître les récalcitrants.

Vass encourt entre 21 ans et 155 ans de prison. Sa peine sera prononcée le 2 juin. Ses deux complices attendent leur procès en prison.