au féminin pluriel

Lesbienne, es-tu là?

Catherine Garneau , Christine Berger
Commentaires
Catherine Christine

L'air sent les excréments. Bob le chat terrorise les oisillons. Endéni et Inlove passent ce samedi après-midi sur le patio à tenter d'être les filles les plus bronzées de Bois-des-Filion.

Allongées sous les rayons, les deux ados de quinze ans gémissent presque de plaisir. Endéni est particulièrement en forme et dégage autant de chaleur et de lumière que le soleil. Derrière ses verres fumés, Inlove contemple sa best; son énergie est contagieuse. Elle n'arrête pas de parler de son sujet préféré : Kristen Stewart. Son talent, son regard vert vulnérable et sa nervosité adorable ont gagné son cœur. «Tu ne trouves pas que la prof d'anglais ressemble à Kristen Stewart?» demande-t-elle. Inlove réfléchit un instant, les yeux rivés au ciel. À première vue, Ellie a autant de similitudes avec Kristen Stewart qu'une vache avec un cabanon.  «À quel niveau?», répond-elle. «Je ne sais pas trop! dit Endéni en haussant les épaules. Elle a un air de Kristen je trouve.» 
 
Inlove soupire. Ça fait longtemps que Kristen Stewart est l'actrice fétiche d'Endéni, mais depuis qu'elle a découvert que Kristen était vraisemblablement lesbienne, elle est intarissable. Kristen par ci, Kristen par là: c'est pas mêlant, Inlove se sent parfois carrément la troisième roue du carrosse! «Tu la trouves belle, Ellie?», demande Inlove en essayant de maîtriser le tremblement que la jalousie crée dans sa voix. «Ouais, elle est correct. Mais c'est sûr que c'est pas Kristen.» « Oui mais est-ce que c'est ton genre de fille?» renchérit Inlove, déployant toute son énergie émotionnelle. « Ben là! 
Franchement! Elle a genre au moins trente ans!! Pis de toute façon, moi, à part Kristen, je regarde pas les filles. J'ai jamais dit que j'étais lesbienne, j'ai juste dit que je me demandais si je pouvais l'être. Mais j'ai repensé à ça, pis je pense pas. Je pense vraiment juste que je suis Kristensexuelle.» 
 
Dimanche, les deux amies font le tour des ventes de garage. Inlove a l'humeur brumeuse. Elle commence à en avoir assez de la Kristenomanie d'Endéni. Ça commence à la fatiguer de penser qu'Endéni se touche sans doute en visualisant Kristen tandis qu'elle-même se masturbe en pensant aux lèvres d'Endéni. Dans le fond, s'il n'y avait pas Kristen entre nous deux, peut-être qu'on pourrait se toucher mutuellement. Mais Inlove ne veut pas effaroucher Endéni, qui semble vraiment indécise sur la question de son orientation sexuelle. «INLOVE! s'exclame Endéni. Checke ce que j'ai trouvé!! Un vieux jeu de Ouija! Penses-tu qu'on pourrait contacter Kristen avec?» Inlove éclate de rire. Un mélange de rire nerveux, amoureux et moqueur. « Ben non Endéni...Tu sais ben que c'est juste pour communiquer avec les esprits. Quoique…pourquoi on contacte pas des esprits les-biens pour qu'ils t'éclairent sur ton orientation sexuelle ? » Endéni hésite. « Tu me fais confiance? », insiste Inlove en rivant ses yeux dans les siens. « Okay, Inlove, fais pas ton intense. Mais faut des chandelles. Ça fait plus Twilight, des chandelles. » Inlove s’empare aussi d’un vieux DVD de Ghost parce que Demi Moore est cute. Le soir, elle fait une recherche sur les icônes lesbiennes.
 
Arrive la nuit suivante.
 
Dans la chambre d’Inlove, un nombre élevé de chandelles brûlent; il fait même un peu chaud. Les deux filles fument un joint et sirotent des Smirnoff. Inlove n’aime pas particulièrement le pot, mais partager un joint avec Endéni lui donne l’impression de toucher ses lèvres.
 
Endéni s’installe sur la serviette de bain/tapis spirituel sous les yeux attentifs d’Inlove. Cette dernière murmure une petite prière, puis dit : « Nous allons appeler Simone de Beauvoir.» Ouais, et dis-lui qu’on va lui offrir une puff si elle se pointe, propose Endéni. Inlove ignore cette remarque.
 
Elles posent les mains sur le triangle du ouija. Leurs doigts se touchent. « Esprit, est-ce qu’Endéni a déjà regardé dans le décolleté d’Ellie ? » Endéni regarde avec amusement Inlove, mais celle-ci fixe la planche de bois. L’esprit répond oui. « Ben là, franchement, ça ne veut rien dire!», s’oppose soudainement Endéni. Tout le monde a déjà checké le décolleté d’Ellie, il est aussi dur à manquer qu’un poncho au Beach Club de Pointe-Calumet.  Hey, comment on fait pour savoir que l’esprit de Simone ne se trompe pas?  Inlove expire la fumée dans la face d’Endéni et cale sa vodka. « J’ai une idée. On va essayer un médium plus fiable, plus fort. Dans Ghost, que j’ai regardé hier, Whoopi Goldberg est habitée par des esprits et ils parlent à travers elle. Faisons ça. Étends-toi »
 
Endéni s’allonge sur le tapis spirituel. Le regard d’Inlove glisse sur ses cuisses. Elle se lève et éteint toutes les chandelles, puis revient s’assoir face à Endéni. Dans l’odeur de gâteau de fête, à voix basse, elle dit « J’appelle l’esprit de Natalie Clifford Barney.»
C’est qui ça ? Une fille de télé-réalité ?, pouffe Endéni. « Non, une poète lesbienne du XXe siècle, répond Inlove. Silence, maintenant, elle va entrer en moi.» «Par où?», répond Endéni, passablement gelée et soule. Mais elle se calme quand seul le silence lui répond. Enfin, une voix sensuelle et amazone émerge d’Inlove. «Et je ne sais, tellement tu me troubles,/Par où finit, commence, ou se fait double,/Ce sens de toi qui bat emprisonné/Dans ma poitrine : océan passionné. » Puis, Endéni sent une main se poser sur sa cuisse. «AAH! INLOVE! 
L’esprit de la poète m’a touché la jambe!», s’écrie-t-elle.
 
Inlove soupire mentalement. «Capote pas, c’est moi !» Inlove est très près, son odeur trouble Endéni. J’essaie de t’envoyer des signes depuis le début, Endéni… Des signes pour te dire que… je t’aime. Comme dirait Simone, si les mots sont justes, pourquoi en avoir peur? »