Réplique aux propos controversés sur Michael Sam dans le JdeMtl

Marc De Foy, il faut qu’on se parle

Samuel Larochelle
Commentaires
Marc Galipeau

Mon cher Marc, je l’avoue, j’ai sursauté quand j’ai lu ton article sur le footballeur Michael Sam, où tu écris que c’est surprenant pour un homosexuel d’exprimer sa hâte de retourner frapper quelqu’un sur le terrain. Immédiatement, j’ai dit que ton texte était une ode à la bêtise et une honte à la profession journalistique. Tu t’es rapidement excusé. C’est tout à ton honneur. Mais comme je ne sais pas si tu comprends la portée de tes mots, j’ai décidé de t’expliquer deux, trois petites choses. Je t’invite même à démontrer ta bonne foi en partageant mon texte à tous les mon’oncles pas volontairement méchants, mais tristement en retard sur le monde, que tu connais. Ce serait gentil. 

Marc De Foy

Premièrement, ça n’existe pas des homosexuels typiques. Malgré tous les efforts que les ignorants font pour nous placer dans une petite boîte, aucune grande usine de ce monde ne produit des gais en série, avec un code-barre dans le cou, des vêtements prédéterminés, une personnalité prémâchée et des intérêts copiés-collés.

Je ne comprends pas comment tes patrons au Journal de Montréal t’ont laissé publier un texte avec une phrase aussi aberrante. T’inquiète pas, en cette ère post-Charlie, je ne prétends pas qu’il faille utiliser le bâton de la censure. Les propos dénués de bon sens ont aussi le droit d’exister. Mais je me demande pourquoi tes employeurs te paient pour écrire de pareilles âneries. Parce qu’en prétendant savoir comment agissent les homosexuels dans le sport, tu cautionnes involontairement tous ceux qui entretiennent les préjugés dégradants sur la masculinité à demi des gais.

Savais-tu que des tas d’homosexuels à travers le monde pratiquent le football, le rugby ou le waterpolo, des sports particulièrement brutaux et parfaitement en phase avec l’idée rétrograde des « sports d’hommes » que tu sembles te faire? Me croirais-tu si je te disais qu’au fond de moi, chaque fois que je joue au tennis ou au badminton, je rêve du moment où je vais pouvoir faire un smash pour exulter la rage que j’ai en dedans, quand je tombe sur des articles comme le tien?

D’ailleurs, j’espère que Michael Sam sera le meilleur joueur des Alouettes de Montréal cet été. Parce qu’il va être admiré de tous les amateurs québécois et qu’il s’adonne à être gai, ouvertement et fièrement. Sans jouer la carte du militantisme, ses actions sur le terrain auront une incidence fabuleuse sur tous les jeunes homosexuels, qui auront le droit d’espérer devenir comme lui.

J’ai décidé de prendre la plume pour te répondre. Mais si tu corresponds aux clichés hétéros d’un certain âge qui ont du mal à régler un conflit avec les mots, on peut régler ça «comme des hommes». Et puisque ta charpente expérimentée ne saurait probablement pas être confrontée à ma vingtaine insolente sur un terrain de foot, je te propose un tir au poignet. Je préfère t’avertir : mes bras d’homosexuels risquent de te battre à plate couture.