Science

Le gaydar existe-t-il?

Associated Press
Commentaires

Une nouvelle étude met au jour les stéréotypes sur lesquels les gens s'appuient pour identifier si une personne est gaie ou pas.

Voilà une nouvelle étude qui replonge dans un débat polémique : peut-on oui ou non déterminer l’orientation sexuelle d’une personne à partir d’une simple observation de son attitude, de sa gestuelle, ou de son apparence ?

 

C’est ce que des chercheurs de l’université de Wisconsin-Madison ont tenté de vérifier, en montrant aux participants des portraits de 55 hommes homosexuels et 50 hommes hétérosexuels piochés dans un site de rencontres, selon le Huffington Post américain qui rapporte cette étude.

 

Les photos ont ensuite été associées à des profils que les chercheurs avaient inventés, et qui contenaient des stéréotypes homosexuels (il aime faire du shopping), des stéréotypes hétérosexuels (il aime le football) ou des qualificatifs neutres (il aime la lecture). Résultat : les participants arrivaient beaucoup mieux à deviner si une personne était gay lorsque son profil était associé à des stéréotypes. Ce qui semblerait donc être le principal facteur conduisant les cobayes à «identifier» les personnes gaies.

 

Influencés par la qualité des photos : De nombreuses études avaient précédemment prétendu démontrer l’existence de cette «intuition» à deviner si une personne est homosexuelle ou non, comme celle menée en 1987 par Berger, Hank, Rauzi et Simkins, ainsi que d’autres études publiées en 1999, 2008 et 2010. Mais une autre expérience réalisée par des chercheurs du Wisconsin indique que la perspicacité des «radars» pourrait en fait dépendre de quelque chose de trivial: la qualité des photos.

 

Les gais auraient, en effet, tendance à mettre des photos de meilleure qualité sur les sites de rencontre. Comme les tests effectués pour vérifier l’existence du gaydar sont pour la plupart basés sur ces photos, William Cox, qui a dirigé l’enquête, postulait qu’il y avait là un biais possible. Postulat vérifié : les participants avaient plus tendance à penser qu’une personne était gaie lorsque la photo était de meilleure qualité...

 

Cette étude ne balaie pas complètement les nombreuses études précédentes sur le sujet, commente une journaliste du Washington Post. Mais elle nous invite en tous cas à être prudent sur les raisons qui permettent aux gens de deviner l’orientation sexuelle des homosexuels. Car il s’agit à l'évidence moins de différences profondes que de stéréotypes auxquels les gens croient et auxquels les candidats des sites de rencontres se conforment eux aussi en partie.