Le Balcon d’Art

TRENTE ANNÉES D’ART

Étienne Dutil
Commentaires
balcon d'art

Galerie d'art familiale qui compte près de 50 années d'expertise, le Balcon d’Art à Saint-Lambert célèbrera ses 30 ans le 25 octobre en lançant une exposition anniversaire lors d’un vernissage fort festif. Retours sur une part – et une page – d’histoire de l’art.

À 10 minutes de Montréal, à la sortie du pont Victoria, la galerie Le Balcon d’Art de Saint-Lambert propose près d’une centaine d’artistes, du moderne au contemporain, des maîtres Canadiens aux artistes les plus récents, dans cinq vastes salles d'exposition sur deux étages. « C’est mon père Denis Beauchamp qui est à l’origine de cette activité dans notre famille », relate Fay Beauchamp, vice-présidente et copropriétaire de la galerie. « Il a été le premier agent d’artistes visuels en Amérique du Nord. Il a créé la compagnie Multi-Arts il y a 43 ans et a transmis sa passion à ma mère Bonnitta qui a ouvert le Balcon d’Art en 1985. »
 
« Comme elle était anglophone, le nom est un jeu de mots autour de la traduction littérale du mot anglais "gallery" qui veut dire aussi "balcon". Pour l’anecdote, il arrive encore parfois qu’on nous appelle pour des commandes de… balcon ! », sourit Fay. «  La première galerie était déjà sur la rue Notre-Dame à Saint-Lambert, un peu plus bas; un tout petit local d’à peine 400pc2 à côté de la crêperie actuelle. Puis nous MARTIN BLANCHET, Montréal, acryliqueavons déménagé au 650, l’adresse actuelle, en 1987 dans un espace où aujourd’hui notre équipe de six personnes accueille près de 80 artistes vivants, sur 6000 pc2w. »
 
Les activités du 30e anniversaire
« Dès le dimanche 25 octobre à midi jusqu’au 4 novembre, nous exposerons plusieurs artistes fidèles au Balcon d’Art », détaille Fay Beauchamp. « Comme nous soutenons l’art canadien et surtout québécois, un cocktail de produits québécois accueillera le public. Plusieurs artistes seront présents et, si le temps le permet, des performances se dérouleront dans la cour arrière. Un atelier de maquillage artistique accueillera les enfants; et en raison d’Halloween, des artistes peindront des citrouilles et le public pourra y participer. »
 
De beaux souvenirs
« Au Balcon d’Art, nous ne faisons pas juste vendre des tableaux », précise-t-elle. « Nous créons des événements pour en faire la promotion et donner une bonne raison aux amateurs d’art de traverser le pont. Ce qui, à cinq ou six reprises, a donné des succès plutôt surprenants. Pour certains vernissages, comme nous ne faisons pas de prévente, des collectionneurs, dont certains déjà âgés, se relayaient dès la veille et passaient la nuit devant la porte de la galerie pour avoir le premier choix des artistes exposés dès le lendemain. À l’ouverture, près de 20 personnes attendaient déjà. Certains se sont même liés d’amitié dans la file d’attente. C’est arrivé entre autres pour les expos de Normand Hudon, Tex Lecor, Richard Savoie ou encore André Bertounesque… »
 
«Présenter ou représenter un artiste? Au Balcon d’Art, c’est un peu des deux», détaille la responsable de la galerie. «Nous devons penser aux différents styles qu’aiment les acheteurs, et développer une clientèle pour nos artistes. Il s’agit également de conseiller l’amateur à découvrir d’autres formes ou d’autres styles d’art. Et bien sûr nous les conseillons aussi pour l’encadrement qui par ailleurs est en soi un domaine méconnu du marché de l’art…»
 
Un marché en complète évolution
Sensible aux périodes de crise économique, le marché de l’art est un marché plus difficile de nos jours parce qu’il connait depuis quelques années beaucoup de changements, surtout dans la manière même de "consommer" de l’art. « On est entré dans un monde jetable », observe la galeriste. « Alors que le goût pour l’art s’apprend et s’enseigne, l’Art n’est plus enseigné dans les écoles depuis 7 ou 8 ans. Comment former l’ouverture des esprits à la découverte artistique ? On retrouve des gens gênés d’entrer dans une galerie. De plus en plus de gens ne reconnaissent pas la valeur d’une œuvre, la différence entre un poster versus une toile ». Selon Fay, les espaces qui continuent de présenter des artistes professionnels se raréfient, ou font des choix quant à la qualité du produit.
 
« Le milieu échange beaucoup sur les différentes études et analyses du secteur et fait ce même constat. Des galeries d’importance ont complètement changé d’approche et d’attitude face au marché, en développant l’approche quantitative, les reproductions, les produits dérivés », développe Fay Beauchamp. « Je conseille aux amateurs d’art d’acheter d’abord ce qu’ils aiment, ce qui enrichit leur vie, avant leur patrimoine. Je leur conseille d’imaginer leur vie sans cette œuvre qu’ils viennent de découvrir et de rencontrer. Si on se fournit dans de bons endroits avec des conseils judicieux, il y a alors de bonnes chances que l’objet d’art prenne de la valeur… » 
 
Le Balcon d’Art  650, rue Notre-Dame, à Saint-Lambert
450 466-8920 ou 1 866 466-8920  www.balcondart.com
La galerie est ouverte tous les jours jusqu’à 17h, et ce, dès 9h du lundi au vendredi, 10h le samedi, 11h le dimanche et 12h les jours de vernissage.