Jusqu'au 31 octobre

Retour sur «Bagne Re-création», une oeuvre majeure de la danse québécoise

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Bagne

Une énorme cage – ou prison – dans laquelle deux hommes vivent. Prisonniers, malades psychiatriques, animaux captifs, qu'importe. L'enfermement avec son semblable prévaut de toute façon. Ce semblable qui partage les mêmes rages et les mêmes espoirs dont un avenir de liberté même si cette dernière fait peur. En re-créant Bagne,20 ans plus tard, les chorégraphes Pierre-Paul Savoie et Jeff Hall ont frayé des chemins de liberté improbable dans cet univers carcéral et clos. Et si le premier Bagne avait connu un énorme succès public. Ce second, complètement retravaillé, séduira tout autant.

Sur scène deux hommes, qui cohabitent dans un espace restreint et dénudé. Ils sont de fait les seuls compagnons l'un pour l'autre et doivent s'affirmer l'un vis-à-vis de l'autre pour ne pas tout à fait disiparaître. Deux danseurs aux physique différents, se plient non sans révolte, à ce partage d'un lieu. Entre le jeu, les combats, la séduction, le pouvoir, Pierre-Paul Savoie et Jeff Hall écrivent une chorégraphie très physique, à mi-chemin entre le cirque, les cascades, mais tous les gestes, tous les mouvements, tous les déplacements renvoient à la danse, même quand les danseurs se projettent ou sont projetés contre les grilles. L'émotion nait dans ses infimes moments d'arrêt, ou une main tente désespérement de se dépendre d'un mur, de l'autre.

Si ce monde clos déployé devant nous pourrait sembler une ode à la virilité, les chorégraphes sapent rapidement la norme pour laisser apparaître une face cachée de ses hommes, le désir de l'autre, de la tendresse, de l'amitié, qui se manifeste maladroitement mais pourtant fermement. D'ailleurs, les évocations de cet amour ou de ce désir de l'autre surgissent avec le lit de fortune qui sépare les deux corps qui cherchent à se rapprocher, métaphore de nos enfermements et de nos murs intérieurs que l'on n'ose défier.

Nous sommes plus proches de Genet et de Koltes par les luttes contradictoires de nos émotions qui cherchent à s'exprimer. Et les corps des danseurs, qui se plient qui s'abandonnent et qui résistent, trahissent ces dilemnes intérieurs avec justesse et précision.  

Milan Panet-Gignon et Lael Stellick formaient ce couple improbable, mêlant avec virtuosité la force et la douceur. Douceur qui laisse poindre avec une grande subtilité leur fragilité, leur douleur, leurs doutes, dans des contrastes saisissants soutenus par une bande sonore qui vient souligner cette athmosphère de claustration, d'impossibilité de s'échapper, d'échapper à l'autre pour le pire et le meilleur. 

Bagne, alors, n'est plus qu'un miroir de nous-mêmes rêvant de liberté, de décadenasser les grilles qui nous protègent et nous enferment, de délier nos entraves pour enfin s'envoler hors de la cage. 

 

Bagne Re-création de Pierre-Paul Savoie et Jeff Hall, coproduction de PPS Danse et Danse Danse

5e salle de la Place des Arts (MONTRÉAL) Jusqu'au 31 octobre  

Grand-Théâtre  (QUÉBEC) les 8 et 9 décembre


ARTICLE RELIÉ : REVISITER LE BAGNE