Royaume-Uni

Le gouvernement britannique veut interdire les poppers

Isaac Daniel
Commentaires

Le gouvernement britannique prépare une texte de loi qui prévoit l'interdiction des poppers, actuellement légaux outre-Manche. Un bras de fer l'oppose cependant aux députés.

Le gouvernement anglais envisage d'interdire les poppers, actuellement en vente libre en Grande-Bretagne.

Une loi visant un ensemble de produits qui se retrouveraient classés comme «drogues» est en préparation.

Le ministre de la Justice Mike Penning estime que le texte qu'il soutient «mettra un terme au jeu du chat et de la souris qui fait rapidement apparaître des nouvelles drogues sur le marché avant que le gouvernement puisse les identifier et les interdire».

Les revendeurs de poppers seraient passibles de sanctions allant jusqu'à une peine de 7 ans de prison.

Toutefois, le Parlement britannique est en désaccord avec le gouvernement sur la qualification des poppers dans la liste des produits visés par le projet de loi.

La commission parlementaire chargée de l’examen du texte a fait savoir qu’elle s’opposait à la classification des poppers dans la catégorie des «legal highs».

Pour les députés, ce produit «n’est pas considéré comme capable d’avoir des effets négatifs au point de constituer un problème social».

Le gouvernement persiste néanmoins dans sa volonté de maintenir les poppers dans la liste des produits concernés par son texte.

La Grande-Bretagne est un des rares pays d’Europe où le poppers est encore légal. C’est aussi le cas en France, où deux gouvernements successifs ont tenté sans succès de les interdire.

En 2007 et en 2013, des interdictions ont été annulées par le Conseil d'Etat.