Hommage

12e gala arc-en-ciel une édition remarquable

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Gala arc en ciel
Photo prise par © Serge Blais
Gala arc en ciel
Photo prise par © Serge Blais
Gala arc en ciel
Photo prise par © Serge Blais
Gala arc en ciel
Photo prise par © Serge Blais
  • Gala arc en ciel
  • Gala arc en ciel
  • Gala arc en ciel
  • Gala arc en ciel

Malgré les coupures budgétaires et les transitions au poste de direction générale, le Conseil québécois LGBT (CQ-LGBT) a tenu encore une fois à rendre hommage à tous celles et ceux qui oeuvrent dans nos communautés pour leur mieux-être, leurs droits et leur acceptation. 

12e gala arc-en-cielCette année, les personnes trans ont été à l’honneur, et ce n’est que justice tant les oreilles sont restées sourdes à leur voix. Il était temps de leur donner la place qui leur revient de fait. D’ailleurs le prix Honoris qui a été remis à six d’entre elles pour leur engagement dans le changement de la loi pour la modification de la mention de sexe à l’État civil soulignait aussi que la solidarité, l’union, et des objectifs communs pouvaient faire la différence. Autre moment fort, la remise de la médaille de l’Assemblée nationale à Annie Pullen-Sansfaçon, co-fondatrice d’Enfants transgenres Canada/Gender Creative Kids Canada, et mère d’une enfant trans. Manon Massé, députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques a souligné l’engagement de cette femme en lui remettant la médaille. Les représentant(e)s des groupes trans ont rappelé que le gouvernement devait agir pour que les mineurs et les immigrants puissent eux-aussi obtenir des documents d’identité qui correspondent à leur genre sans attendre d’être majeurs pour les premiers ou citoyens canadiens pour les seconds. 
 
Soulignons aussi que l’ouverture du Gala avec la prestation de Billy L’Amour accompagnée de deux de ses danseurs donnaient le ton juste de ce que devait être un événement comme celui-ci, alliant la diversité mais aussi la fête. Diversité aussi dans l’animation avec la chorale Estravaganza, l’acrobate Kirby Myers et pour clore la soirée, Les Gogos Sharps Heels du Lana Rey Cabaret. Parmi les récipiendaires des nombreux prix, des habitués comme Robert Pilon, honoré par le prix Initiative par excellence. Le succès de son livre Modèles recherchés, composé de témoi-gnages d’hommes et de femmes connues et inconnues a retenu l’attention du Jury. 
 
PRIX?IRIS-MÉDIAS
PRIX IRIS-MÉDIAS
Deux journalistes de Fugues, André C. Passiour et Denis-Daniel Boullé, se sont mérités le prix Iris-Média lors du 12e gala des prix Arc-en-ciel. Ce prix récompense des personnes qui ont contribué à mieux faire connaître les communautés LGBT dans les médias. Toute l’équipe du magazine désire les féliciter.
  
Faire partie du jury Arc-en-ciel, c’est comme constituer un gouvernement, il faut tenir compte de la parité,  des régions et des minorités dans la minorité. Un exercice difficile puisqu’il faut trancher parmi des candidatures qui se mériteraient toutes un prix. Pour l’édition 2015, le jury a encore une fois cherché l’équilibre et le bon dosage. Le prix Partenaire/Allié(e) par excellence à été remis au CISSSAT, le Centre intégré des services de santé et des services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue pour son ouverture aux réalités LGBT. Le Comité des femmes d’Équipe Montréal s’est vu décerné le prix du Projet par excellence. Une mention spéciale du jury a été attribuée cette année au GRIS-Estrie, le dernier né des GRIS, et le coup de cœur du CQ-LGBT s’est porté sur la Fondation Émergence pour son projet photo Les alliés s’exposent.
 
Compte tenu du contexte économique, et du sous-financement des organismes, il faut saluer le dynamisme des organismes qui avec presque rien font souvent des miracles. Les deux députés provinciale et fédérale présentes, Manon Massé et Hélène Laverdière ont rappelé qu’elles étaient, elles, déterminées à soutenir le communautaire LGBT. Les organisateurs du Gala en savent quelque chose, mais ils ont pu compter sur des partenaires fiables comme la Banque Nationale, les syndicats, Fugues et quelques partenaires publics, comme la ville de Montréal, ou encore le bureau de la députée provinciale. Un gala qui honore mais aussi qui témoigne de la vitalité de nos communautés, cela fait du bien.