Sénégal

Les 11 homosexuels présumés de Kaolack ont quitté la ville grâce à une ONG

Les homosexuels présumés arrêtés à Kaolack, au Sénégal, la nuit de Noël, ont été exfiltrés par une ONG qui les a également assistés pendant toute la durée de l'affaire.  

Le responsable de l’ONG sénégalaise — dont le nom a été gardé secret — témoigne des circonstances de cette affaire sur le site SERONET. 

On apprend notamment que les gays mis en cause avant d'être relaxés ont été exfiltrés de la ville de Kaolack après leur libération afin de garantir leur sécurité compte tenu des menaces de lynchage dont ils avaient été l'objet.

«Après le verdict, les 11 hommes ont finalement été relâchés, en quatre points de la ville et de nuit, sans protection policière particulière malgré les événements. Face au risque de vindicte populaire, l’ONG a exfiltré hors de la ville, vers une destination confidentielle, certains des hommes victimes de cette arrestation homophobe», révèle le responsable.

Le directeur de l’ONG met en cause la police qui, selon lui, a fait preuve de violence et de pratiques dégradantes sur les prévenus. «Les 11 disent n’avoir vu aucun mandat d’arrêt. Ils ont juste été apostrophés par la police, leur signifiant leur arrestation», raconte-t-il.

«Les 11 personnes ont été interrogées au commissariat central de Kaolack, du 25 au 27 décembre 2015, et n’ont pas été autorisé à voir leur famille. Les policiers déclaraient aux parents que leurs enfants sont des homosexuels, sans les autoriser à les voir», affirme-t-il.

Plus grave encore, «une des personnes dit avoir été photographiée nue au commissariat central de Kaolack. Les policiers lui ont demandé d’écarter les jambes afin de photographier son intimité. (...) Ils ont été insultés, des photos et des vidéos ont aussi été réalisées contre leur gré».

Les personnes relaxées ont également rapporté que des effets personnels et de l’argent liquide, leur ont été volés. Les téléphones des prévenus ont aussi été confisqués par la police et certains ont été forcés de donner leur identifiant de réseaux sociaux.

Source : Seronet