Musique - vidéoclip

Le supermarché, l’endroit pour vivre une romance

Logan Cartier
Commentaires

Le vidéoclip de la chanson "Broken Hearts / Bones", nous révèle comment la musique peut réunir deux gais dans un supermarché. Un couple peut se former au moment où deux hommes se rencontrent au rayon du popcorn.

«Il y a quelques mois, je me trouvais dans la ligne de caisse à l'épicerie»,

raconte le chanteur de Parlour Tricks, auteur de la chanson Broken Hearts / Bones.

«Une chanson d’amour triste, mélancolique et très populaire passait à la radio. Au bout d’un moment, je me suis rendu compte que tout le monde autour de moi chantonnait. Chacun reprenait les paroles, doucement mais sincèrement. Ils étaient de tous âges, des adolescents, un homme d’un certain âge, une femme avec un bébé, un homme avec un casque de moto sous le bras, des caissières. Tout le monde chantait, je n’avais jamais connu une situation pareille. Une fois la chanson terminée, tout le monde revenait à ses occupations, les bips des scanners retentissaient à nouveau, le gestionnaire parlait dans l’interphone, personne n’osait se regarder dans les yeux. Je pourrais tout aussi bien avoir rêvé cette scène. Je revenais également à la réalité avec un sentiment étrange qui semblait m’empêcher de me déplacer à une allure normale. J’en étais témoin, une ambiance étrangement intime a enveloppé tout le monde et cela grâce à une chanson qui passait à la radio. Je ne pouvais pas m’empêcher de repenser à cette scène.»

Quelques semaines plus tard, il a appelé Dani, le directeur et lui ai fait part de ce sentiment. Par la suite, les textes de « Broken Hearts/Bones » se sont pratiquement écrits tout seul.

«Depuis, chaque fois que je croque un morceau de pop-corn, je me remémore notre tournage. Broken Hearts/Bones est une belle histoire qui montre la beauté dans la différence. Nous sommes tous humains, nous allons tous à l'épicerie. Nous avons tous été amoureux à un moment de notre vie et avons eu le cœur brisé. La vie est surprenante, tout peut arriver ! »

SOURCE : À CAUSE DES GARÇONS