Provincial

Le Conseil québécois LGBT demande à Lise Payette de clarifier ses propos

L'équipe de rédaction
Commentaires

Suite à la parution de la chronique de Lise Payette intitulée « Claude Jutra était mon ami » dans Le Devoir d’aujourd’hui, le Conseil québécois LGBT dénonce l’amalgame qui y est fait entre homosexualité et pédophilie. « Mme Payette semble confondre les luttes pour les droits des lesbiennes et des gais avec les actes graves que l’on reproche actuellement à Claude Jutra, soit celles d’agressions sexuelles sur un mineur. Ces actes ne sont liés au mouvement LGBT d’aucune façon », a affirmé cet après-midi Marie-Pier Boisvert, directrice générale du Conseil québécois LGBT. « Si Mme Payette a raison sur l’évolution des mœurs en matière de respect des minorités sexuelles au Québec, elle se trompe en faisant un amalgame entre l’orientation sexuelle de M. Jutra et les récentes révélations à son sujet. »

Le Conseil rappelle que le nœud du problème se trouve dans la notion de consentement, où il est clair dans la loi qu’un enfant ne peut consentir de manière éclairée à une relation sexuelle avec un adulte, quelle que soit la situation. « Mais ce que les personnes LGBT font entre adultes consentants n’a rien à voir avec cette affaire. », rajoute Mme Boisvert.

Finalement, le Conseil québécois LGBT souhaite que Mme Payette et Le Devoir clarifient publiquement les propos en question : « Propager l’idée que l’homosexualité et la pédophilie sont une seule et même chose, c’est extrêmement dangereux. Nous pensons que le débat public sur l’affaire Jutra doit se faire sans avoir à recourir à de vieux préjugés sur les communautés LGBT », conclut Mme Boisvert.