Pillow Talk, jusqu’au 24 avril 2016

Confidences sur l'oreiller

Sébastien Thibert
Commentaires
Festival Quartier Danse Jackie Hopfinger
Photo prise par © Jackie Hopfinger (Festival Quartier Danse)

Tout le monde rêve, même quand aucun souvenir n'en reste au réveil. Tous les artistes s'inspirent des rêves, même s’ils n’en sont pas toujours conscients - et ne sommes-nous pas tous artistes la nuit ? Rêver nous garde sains de corps et d'esprit. Mais d'où vient ce besoin vital de nous raconter des histoires farfelues chaque nuit? Voilà la question à laquelle Dulcinea Langfelder s’attaque dans cette création.

Prenant racine dans une collection de rêves réels, enregistrés à moitié endormie sur un dictaphone de chevet, Pillow Talk, une création de Dulcinea Langfelder, est un essai sur les rêves s'adresse à la zone entre notre être conscient et inconscient.

«Plus j'explore le sujet et plus je crois que le fait de rêver est au cœur de nos capacités à réfléchir, ressentir, se souvenir... et même à survivre.»

Suspendue dans cette zone magique et brumeuse située entre le profond sommeil et la conscience, une femme (Dulcinea Langfelder) rêve à Obama et flotte dans le cosmos, un monde dans lequel nous sommes les créateurs de notre propre destin. 

 
Photo : Festival Quartier Danse – Jackie Hopfinger

 

Pillow Talk, en anglais, jusqu'au 24 avril, au THÉÂTRE CENTAUR

www.centaurtheatre.com