Musique

Prince est décédé

Yanick Limoges
Commentaires

Le chanteur américain Prince, l'un des plus grands musiciens pop de sa génération, est mort à l'âge de 57 ans.

Le shérif du comté où réside Prince a d’abord tweeté qu'une «enquête était ouverte pour un décès à Paisley Park», le studio et la résidence de Prince dans le Minnesota, mais sans donner d'identité. L’information a été dévoilée par le site TMZ, puis reprise par plusieurs médias dans le monde, avant d'être confirmée par l’entourage de Prince.

Après une urgence médicale la semaine dernière, au sujet duquel son équipe avait évoqué une grippe, Prince se serait effondré dans le studio d’enregistrement, mais les circonstances ne sont pas encore claires.

Prince (de son vrai nom Prince Rogers Nelson) est né en 1958 à Minneapolis. Auteur-compositeur-interprète, réalisateur et producteur américain de pop, de funk, de rock et de R&B contemporain, il était aussi danseur et acteur. Il aurait vendu plus de quatre-vingt millions de disques dans le monde.

Sa carrière, entamée en 1978, est l'une des plus denses dans l'univers de la pop, avec plus de trente albums studio parus en moins de quarante ans. Son plus gros succès commercial est la bande originale du film Purple Rain (dans lequel il joue le rôle-titre), sortie en 1984 et vendu à vingt millions d'exemplaires. Il est également l'auteur de Sign "of the" the Times, des chansons du Batman de Tim Burton, des succès Little Red CorvetteWhen Doves CryYou Wanna Treat Me So Bad?I Wanna Be Your Lover, KissCream ou encore Sexy M.F. Le morceau phare de Sinéad O'Connor, Nothing Compares 2 U, est par ailleurs une composition de Prince.

Multi-instrumentiste, il s’est forgé une aura de créateur ambitieux, éclectique, et une réputation scénique hors pair, en affectionnant en concert les danses, les solos, de même qu'en valorisant ses musiciens. Il est aussi connu pour la nature explicite de beaucoup de ses chansons, son ambigüité sexuelle (bien qu’il a toujours nié être bisexuel) comme pour l'usage de costumes excentriques. Et quand Prince monte sur scène veste ouverte  avec sa guitare, il dégage une palpalble énergie sexuelle ... 

En 1993, il abandonne son nom de scène au profit d'un imprononçable pictogramme, afin de contester le contrat qui le lie à la maison de disques Warner Bros. Il en est partiellement libéré en 1996, puis totalement en 2000, et reprend alors son pseudonyme d'origine. Il signe un nouvel accord avec la firme en 2014, qui lui permet, en principe, de devenir propriétaire de ses enregistrements Warner, l'un des motifs du conflit. Il est l'un des premiers à expérimenter la diffusion de la musique par Internet, avant de s'en distancer.

Sa célébrité s'étend principalement de 1982 à 1994, de l'album 1999 à la chanson The Most Beautiful Girl in the World. Prince connaît un regain de popularité à partir de 2004, année de la parution du recueil Musicology, écoulé à plus de deux millions de copies aux États-Unis.

En 2008, Prince choque plusieurs de ces fans LGBT en s’exprimant contre le mariage gai lors d’une entrevue avec un journaliste du New Yorker. Cela aurait-il un rapport avec le fait qu'il soit devenu Témoin de Jéhovah au début des années 2000 ? Toujours est-il qu'il aurait même déclaré au journaliste, la main sur sa Bible: «Dieu est descendu sur la terre, et il a vu les gens s'accoupler n'importe comment et avec n'importe quoi, et il a juste nettoyé tout ça. Il s'est dit 'Assez'». La même année, il aurait dit à un autre journaliste en rapport avec l’épidémie de VIH/sida au sein de la communauté, que «les gais ont ce qu’ils méritent à Sodome et Gomorrhe». Une déclaration d'autant plus surprenante et agaçante que Prince a, qu'on le veuille ou non, bâti une grande partie de sa réputation et de son succès sur son ambiguïté sexuelle et son goût pour le sexe à plusieurs.

En 2013, sa chanson «Da Bougeoisie» fait polémique aux États-Unis et en Europe. Le texte de ce morceau est le récit du dépit amoureux d'un amant qui découvre que sa bien aimée aime aussi les femmes. Le morceau ne fait pas dans la dentelle et certaines paroles sont perçues comme méprisantes et vulgaires pour l'amour lesbien:

«Hier je t’ai vue en compagnie d'une autre fille.

Tu étais enlacée autour de ses hanches.

La dernière fois, tu m'avais dit que tu en avais fini avec ce monde dégueulasse.

Eh bien, il semble que ce n’est pas le cas.?Je te vois incognito comme la CIA?(…).

Je suppose que les hommes, c’est seulement bon pour les jours de pluie.

Peut-être que tu n’es qu’une de ces femmes à barbe au cabaret.

J’aurais voulu ne jamais baiser ton [son d'un crachat], beurk!

On ne remplace pas les souvenirs.» (traduction libre)

Rappelons que le chanteur américain était de passage pour deux concerts à Montréal le 21 mars dernier, des spectacles annoncés discrètement cinq jours avant sa venue, une stratégie de marketing et de communication surprenante... comme le personnage.

Somme toute, Price aura eu une carrière incroyable et restera pour plusieurs le roi de la funk-music. Depuis plus d’un an, il travaillait sur ses mémoires, qui devraient être publiées en 2017.