Orientalys du 11 au 14 août

Dépaysement culturel assuré

Michel Joanny-Furtin
Commentaires
el dey

Durant quatre jours et quatre nuits, du 11 au 14 août, le Festival Orientalys s’amarre au quai Jacques-Cartier du Vieux-Port de Montréal, pour faire découvrir les saveurs artistiques, musicales, mais aussi gastronomi- ques des pays d’Orient, et ce, du Maghreb… à la Chine. Dépaysement culturel assuré!

la liste de l'été 2016la liste de l'été 2016Cuisiné par le FMA (Festival Arabe de Montréal), ce grand buffet artistique met au menu la danse, la musique, les arts visuels, etc., dans un cocktail d’activités gratuites aussi variées qu’originales. Programmé habituellement fin juillet, le festival se déplace à la mi-août «?à cause de la disponibilité du site, très occupé cette année?», explique Henda Ben Salah, directrice de la programmation au FMA. «?En primeur pour Fugues, poursuit-elle, notez que parmi les artistes de l’édition 2016, ces deux groupes se produiront dans le cadre d’Orientalys : El Dey, le vendredi 12 août à 19h30?; et les Océanides le dimanche 14 août à 2 h?».
 
Les Océanides de Cordâme
Ce concert invite au voyage dans des contrées entre le réel et l’imaginaire. La série de pièces est basée sur les Océanides, ces nymphes de la mythologie grecque associées au monde aquatique. Le compositeur Jean-Félix Mailloux, et son groupe Cordâme proposent une aventure musicale au carrefour du jazz et des musiques du monde. Un univers coloré établi sur des rythmes méditerranéens. Trio d’improvisateurs composé de Marie-Neige Lavigne au violon, Jean-Félix Mailloux à la contrebasse et Ziya Tabassian aux percussions, Cordâme présente une musique accessible, onirique et envoûtante?; une musique d’inspiration mystique, à la fois mélancolique et mystérieuse, qui laisse une belle place à la danse par Inka. Cordâme explore ainsi les textures, le timbre et la sonorité propres aux cordes et évoque les musiques riches en images des folklores métissés.
 
el deyEl Dey
El Dey est un groupe algérien de fusion entre la musique diwane (gnawa algérien), le chaâbi et le flamenco mêlant quelques touches plus jazzy. Né en 2009 avec des musiciens originaires de Hussein Dey, près d’Alger, El Dey a sillonné l’Algérie et s’est produit en Tunisie, au Brésil, en Espagne et en France. On va les découvrir à Montréal cet été. Pour créer cette musique particulière qui leur est propre, les neuf musiciens d’El Dey mêlent les instruments actuels et classiques (guitare, clavier, saxophone, basse, contrebasse, batterie) aux ins-truments plus ethniques (gumbri, cajon, derbou-ka, bongos, congas, tar, bendir, etc.). Un premier titre à succès, Ana Djazaïri, fait connaître le grou-pe en 2011. Puis vient Maria, en 2013, incluse dans son premier album éponyme en 2014. Puis, nommé supporteur et ambassadeur culturel, El Dey accompagne l’équipe d’Algérie au Brésil lors de la Coupe du monde de football en 2014. En 2016, El Dey anime un événement en Algérie susceptible d’être enregistré dans le Guinness book des records : le plus grand "selfie" du monde?! El Dey a récemment représenté avec succès le groove de la région d’Alger lors d’un concert à l’Institut du Monde Arabe de Paris.
 
«Melting pot» culturel pour tous les âges et tous les goûts
Le Festival Orientalys emporte le public dans un Orient d’ici, à la fois réel et imaginaire, à travers des spectacles en musique, danse et arts visuels. Ainsi, dans sa soute, le navire Orientalys transporte toute une panoplie d’activités interactives et d’animations offertes aux enfants et aux adultes : multimédia, calligraphie, musique, percussions, danse, tatouage au henné, dégustation de fine cuisine orientale, etc. «Les festivaliers pourront voyager du Maroc en Chine, de Turquie en Inde, du Liban au Japon dans une Médina aux mille et une couleurs, inspirée des vieux souks des pays d’Orient», annonce Henda. Un programme pour le moins alléchant, à déguster sans modération… 
 

Festival Orientalys www.festivalorientalys.com T. 514 747-0000