VIH/Sida

Les activistes appellent à mettre un terme à la criminalisation injuste du VIH

Reuters
Commentaires

Le 17 juillet, près de 200 personnes vivant avec le VIH, défenseurs des droits de l'homme et représentants des populations clés se sont réunis pour une journée de rencontre sur la lutte contre la criminalisation du VIH sur le thème « Au-delà des accusations : en finir avec la criminalisation du VIH ». 

Cette réunion en parallèle à la 21e Conférence internationale sur le sida à Durban, en Afrique du Sud, était organisée par HIV Justice Worldwide, un partenariat international d'organisations dont font partie notamment AIDS and Rights Alliance for Southern Africa, le Réseau juridique canadien VIH/sida, le Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH, HIV Justice Network, la Communauté internationale des femmes vivant avec le VIH, Positive Women’s Network USA et Sero Project. 

Cet événement a offert aux personnes qui œuvrent pour mettre fin à la criminalisation injuste du VIH dans toutes les régions du monde la possibilité d'échanger sur les récentes évolutions, les approches réussies et les problèmes rencontrés. Il a également permis de mobiliser les participants autour de l'urgence à dénoncer la criminalisation injuste du VIH en tant que violation des droits de l'homme et obstacle grave aux efforts d'élargissement des services de prévention, de traitement et de soins anti-VIH.

Les participants ont entendu des personnes qui ont été confrontées à la criminalisation du VIH raconter les répercussions profondes de poursuites injustes sur leur vie et celle de leur famille sur le plan personnel, social et juridique. Des avocats et des activistes de la société civile qui ont mené des actions couronnées de succès contre la criminalisation du VIH, notamment en Australie, au Canada, au Kenya, en Suède et aux États-Unis, ont partagé leurs expériences et leurs approches. Un appel a été lancé aux scientifiques et aux médecins spécialistes du VIH pour qu'ils s'impliquent davantage dans les actions afin de faire en sorte que l'application du droit pénal soit conforme aux meilleures données probantes disponibles concernant le risque, le préjudice et la preuve dans le contexte du VIH. De même, parlementaires et magistrats ont été cités comme des acteurs clés dont la compréhension et l'engagement sont cruciaux dans les efforts visant à en finir avec la criminalisation injuste du VIH.