Droit à la vie privée

WikiLeaks critiqué pour la publication de données saoudiennes qui outent des gais

L'agence AFP
Commentaires

WikiLeaks est sous le feu des critiques pour la publication de données du gouvernement saoudien qui sortent du placard des hommes gais et met leur vie en danger.

WikiLeaks se retrouve accusé de violation de la vie privée pour avoir publié données du gouvernement saoudien qui outent notamment hommes gays. Cette publication pourrait avoir des conséquences néfastes sur les personnes dont les noms sont cités.

L'organisation a manifestement fait preuve de négligence et d'imprudence en publiant des données non expurgées dans une masse d'informations qui contient les données personnelles de milliers de personnes saoudiennes dont certaines idenifiées commes homosexuelles et d'autres personnes comme porteuses du VIH.

WikiLeaks n'a jusqu'à présent pas fait de commentaires sur ces critiques. Son fondateur Julian Assange avait déclaré, en 2010 que les données médicales constituaient un "secrets digne de protection".

Par ailleurs, lors d'une conférence vidéo, il a dit récemment expliqué : "Nous ne pouvons passer trois ans à passer en revue tous les documents pour les expurger ligne par ligne".

WikiLeaks a déjà fait l'objet de critiques à plusieurs reprises. Ainsi, la plate-forme a publié en 2010 des documents officiels du Département d'Etat, selon laquelle les services de renseignements de Singapour accusaient le chef de l'opposition malaisienne Anwar Ibrahim d'homosexualité.

En 2011, un rapport interne de l'ex-ambassadeur américain en Libye a été rendu public, alléguant que Al-Saadi Kadhafi, l'un des fils de Mouammar Kadhafi était tenu pour bisexuel. 

L'Arabie saoudite est l'un des pays les plus répressifs au monde en matière de droits des LGBT, et les homosexuels peuvent faire face à des peines allant d'une amende à la flagellation et jusqu'à la peine de mort.