Fierté Toronto

Black Lives Matter au centre des discussions du forum sur l'avenir de Pride Toronto

L'équipe de rédaction
Commentaires

Plus de 200 personnes ont participé mardi soir au forum public du comité organisateur du défilé de la fierté gaie. Black Lives Matter et la présence de la police dans le défilé ont été les sujets qui ont le plus monopolisé la discussion.

Pride Toronto voulait prendre le pouls du public pour rendre son défilé « plus sécuritaire et plus rassembleur ». Le forum se voulait une réponse directe aux revendications émises par Black Lives Matter en juin, après que le groupe eut interrompu les festivités pendant près de 30 minutes. Une de leurs demandes est d'exclure les chars allégoriques de la police du défilé. À peine 10 minutes après le commencement, le ton est monté d'un cran quand un homme a dit avoir déposé une plainte contre Black Lives Matter. Il a été hué par de nombreux participants. Cela dit, la plupart de ceux qui ont pris la parole mardi soir ont montré un soutien indéfectible au groupe qui milite contre le racisme envers les Noirs. « Vous avez ramené l'activisme qui avait disparu de la fierté », s'est exclamée une participante. Certains toutefois se sont demandé si l'exclusion de la police n'allait pas à l'encontre des valeurs de la fierté.

Le début d'un dialogue

L'organisme Black Lives Matter a quant à lui accueilli favorablement l'initiative prise par Pride Toronto. Sa porte-parole, Paige Galette, déplore toutefois qu'il ait fallu que le groupe interrompe le défilé avant d'entamer un dialogue. «Ça a été une réaction, et non une action. Il faudra voir ce qui va être l'action concrète qui va venir par la suite.» a-t-elle dit à un journaliste de Radio-Canada, après la soirée. L'un des codirecteurs de Pride Toronto, qui ne s'est exprimé qu'après la fin du forum, affirme que le comité est prêt à repenser la présence de la police au défilé, mais il admet que le défi est énorme. « On doit écouter ces voix dans notre communauté qui nous disent que l'inclusion d'un groupe les force à sentir qu'ils ne sont pas inclus, a consenti Aaron Glynwilliams. On doit se parler. » Pride Toronto promet de donner suite aux discussions dans les prochaines semaines.

Sources : Radio-Canada et DailyXtra