Jeudi 10 novembre dès 18 h 30

Un compositeur LGBT à découvrir : Serge Garant le méconnu

Étienne Dutil
Commentaires

C’est tout un événement culturel que la Société de musique contemporaine du Québec propose à nos oreilles ce jeudi 10 novembre dès 18 h 30 lors d’une soirée spéciale autour du compositeur et chef d’orchestre Serge Garant. Méconnue, son œuvre transporte toutefois, au travers de sa modernité, la force des non-dits d’une époque.

 

La Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) poursuit les célébrations de son 50e anniversaire en rendant hommage à son premier directeur artistique (1966-1986), le compositeur et chef d’orchestre Serge Garant.

«Rien de mieux pour lui rendre hommage que de faire revivre l’une des plus grandes œuvres de son répertoire, "… chant d’amours", que l’on peut considérer à juste titre comme étant son testament musical», explique Walter Boudreau, l’actuel directeur artistique de la SMCQ.

«Les paroles de cette œuvre proviennent à la fois de textes anciens (Pétrarque, Shakespeare, sainte Thérèse d’Avila, Ronsard…), mais aussi de définitions du mot amour tirées de dictionnaires français, anglais et espagnol, de graffitis modernes et de… petites annonces!»

Walter Boudreau

Walter Boudreau

Un amour qui ne dit pas son nom

L’amour pour Serge Garant, c’était celui qui ne disait pas son nom, comme on disait à l’époque. «Très discret, même si certains d’entre nous dans son entourage l’avaient pressenti, relate Walter Boudreau, Serge n’a parlé de son orientation sexuelle que vers la fin de sa vie, quand la société a commencé à évoluer lentement sur cette question. Mais dans les années 70 et 80, il y avait encore du chemin à faire.»

«C’est presque dommage, poursuit-il, quand j’imagine tout ce qu’il aurait pu composer, libéré des contraintes sociales à propos de l’amour et comment il inspire la création d’un artiste. Parallèlement, s’interroge Walter Boudreau, une œuvre comme "… chant d’amours" ne concentre-t-elle pas dans la richesse libératrice de son expressivité et de sa beauté toute la puissance des non-dits de son époque?»

«L’aventure de la création est essentiellement solitaire… affirmait Serge Garant en 1978. L’œuvre prend corps quand je commence à lutter avec les problèmes techniques qu’elle soulève, problèmes que je dois résoudre avec le plus de science, le plus d’élégance et le plus d’authenticité possibles.»

Serge Garant

Serge Garant

Deux activités préconcert

Serge Garant (Québec 1929 – Sherbrooke 1986) était aussi pianiste, professeur de composition à l’Université de Montréal… et animateur de radio (Musique de notre siècle, Radio-Canada, 1971-1986). Au début des années 50, il suit les cours d’Olivier Messiaen, et rencontre Pierre Boulez et Karlheinz Stockhausen qui l’initient à la musique sérielle.

Stockhausen accompagnera Serge Garant lors de cette soirée hommage avec la pièce Kontakte, une œuvre majeure de la musique contemporaine qui couple de façon magistrale des instruments acoustiques (piano et percussions) à l’électronique.

Trois musicologues Marie-Thérèse Lefebvre, Paul Bazin et Jean Boivin seront présents pour nous en apprendre plus sur Serge Garant lors de la causerie-conférence avant le concert, à 19 h. Et une expo d’œuvres de Marcel Barbeau, inspirées par Stockhausen agrémentera le Centre Pierre Péladeau.

 

«… chant d’amours», jeudi 10 novembre, salle Pierre Mercure, 20 h, Centre Pierre-Péladeau, 300 Maisonneuve Est

Deux activités préconcert : 

 

18 h 30, exposition d’œuvres de Marcel Barbeau, inspirées par K. Stockhausen. 

 

-  19 h, causerie-conférence autour de Serge Garant avec les musicologues Marie-Thérèse Lefebvre, Paul Bazin et Jean Boivin

 

Billets 15 $, 20 $, 30 $/514 987-6919 # 2

www.smcq.qc.ca