À lire

PsychoZe

Julie Vaillancourt
Commentaires
PsychoZe

Celle qui proposait en 2012, une réflexion unique sur l’identité sexuelle et ses ambiguïtés avec Drag, est de retour avec son plus récent opus PsychoZe.

PsychoZePour ce septième roman, Marie-Christine Arbour met en scène son double, avec le personnage de Marie-Christine une étudiante à la maîtrise en littérature, en pleine rédaction d’un mémoire portant sur un essai hermétique de Roland Barthes. Très vite, entre la rédaction nocturne, la fatigue accumulée, les verres de vin rouge, Marie-Christine se perd dans l’écriture, où les lignes entre fiction et réalité disparaissent peu à peu, laissant place aux petits personnages, aux voix, à la psychose. Elle trouvera refuge chez un petit groupe de marginaux « qui voient Dieu » avant d’être entrainée dans un événement traumatique. Si Marie-Christine Arbour offre avec PsychoZe, « un voyage aux confins de la folie et de la schi-zophrénie », c’est aussi une réflexion - comme le sait si bien le faire l’auteure - sur la recherche identitaire, l’identité (troublée) et ses questionnements. Marie-Christine - l’auteure, le personnage hétérosexuel, le double - se questionne aussi sur l’homosexualité féminine, la place des femmes en société et le regard sur la femme objet. «Barthes s’est insurgé contre les dogmes», souligne le personnage de Marie-Christine. À la manière du maître, l’auteure semble en faire autant.