Homodéfense

Cours d’autodéfense pour homosexuels

Samuel Larochelle
Commentaires
Joshua

Les deux amoureux battus à la sortie d’un bar dans Hochelaga-Maisonneuve et l’attaque qu’a subie un jeune homme au Festival western de St-Tite au cours des 18 derniers mois démon- trent que la violence homophobe existe encore au Québec. Dans cette optique, le programme Homodéfense a vu le jour au printemps dernier. Son objectif : enseigner aux gais plusieurs façons de réagir aux différents types d’altercations violentes.

Inspirées de plusieurs arts martiaux, les leçons comprennent des techniques de vigilance, d’autoprotection et d’évasion. Graduellement, les participants apprennent à réagir avec leur corps, leur voix et certains effets personnels. «Paradoxalement, plus on sent capable de se défendre, moins on aura peur, et moins on aura besoin de recourir aux techniques d’autodéfense. C’est un apprentissage préventif», explique le professeur Mario Beauchesne. Tout au long des classes, il enseigne aux hommes à observer quel genre d’individus se trouvent auteur d’eux et comment être vigilants dans certaines situations, comme lorsqu’ils sortent d’un bar la nuit. Misant sur la maîtrise de soi et la réactivité aux diverses situations d’agression, les cours fournissent aux étudiants des moyens simples, rapides et efficaces pour se sortir du pétrin. 
 
L’idée de bâtir un programme d’autodéfense est née dans la tête de Joshua Wolfe, après une série de mauvaises expériences. «Je n’ai jamais été agressé à Montréal, mais j’ai été au cœur d’une confrontation physique à Puerto Vallarta, au Mexique, et j’ai été victime d’une agression verbale homophobe en Californie. J’ai donc cherché un moyen pour réagir si cela se produisait à nouveau.» Il a alors pensé aux arts martiaux comme moyen de protection. «Comme moi, je pense que plusieurs hommes gais n’étaient pas à l’aise de suivre des cours du genre quand ils étaient plus jeunes. J’avais peur qu’on me traite de moumoune, parce que c’est un univers macho.» 
 
Le Montréalais a donc mis sur pied des cours destinés aux homosexuels, mais ouverts à tous. Durant les sessions du printemps et de l’automne 2016, quelque 25 personnes se sont inscrites. L’un d’eux, Mario Ponce, s’est senti interpellé par le programme pour une raison bien particulière. « J’avais lu dans un article que si je me faisais attaquer et que je blessais mon assaillant en me défendant, je risquais d’être traduit en justice, explique-t-il. Je voulais donc apprendre à neutraliser les attaques, sans blesser personne.» D’une semaine à l’autre, il a intégré des techniques pour bloquer des coups de poing et des coups de pied, développé un meilleur équilibre corporel et appris à tomber au sol sans se faire mal. «Toute ma vie, j’ai eu peur d’avoir à me battre sans savoir comment faire. J’étais tanné d’être le garçon sage qui ferme toujours la gueule. Mais grâce à ce que j’ai appris, je me sens plus en sécurité. Je sais que je pourrais faire face à une attaque.»
 
Il ajoute que les cours permettent aussi d’améliorer ses capacités physiques et mentales, dans un environnement convivial, amusant et sans jugement. Une perception qui représente exactement ce que propose le professeur Mario Beauchesne. «En plus des techniques d’autodéfense, on fait un réchauffement et des exercices pour améliorer l’endurance. Certains participants viennent aux cours pour se remettre en forme et bénéficier de tous les effets positifs sur leur santé.»
 
Dès le 17 janvier 2017, les cours reprendront à l’Association sportive et communautaire du Centre-Sud (2093 rue de la Visitation), chaque dimanche de 15 h 30 à 17 h. La session comprendra 12 cours. Les intéressés auront le choix de payer 12 $ par classe ou de s’offrir un abonnement de 100 $ pour la session. Il est également possible de faire un essai gratuit.
 
Pour plus d’informations, contactez les organisateurs
par courriel au [email protected] ou par téléphone au 438-738-4435.