Hongrie

Ásotthalom, village européen où les musulmans et les gais sont indésirables

L'agence AFP
Commentaires

La tenue musulmane et la «propagande homosexuelle» ont été interdits dans un village isolé dans le sud de la Hongrie par le maire de la localité, László Toroczkai.

Ásotthalom, un petit village hongrois, a décidé d'interdire le port de la tenue musulmane et l'appel à la prière, de même que la «propagande homosexuelle».

Le maire de ce village isolé des plaines hongroises du sud du pays, situé environ deux heures de la capitale Budapest, à proximité de la frontière serbe, entend ainsi mener ce qu'il appelle «la guerre contre la culture musulmane».

Homme politique d'extrême droite, fondateur et un des chefs d'un mouvement de jeunesse utra-nationaliste, László Toroczkai espère attirer des Européens chrétiens opposés au multiculturalisme.

Interrogé par la BBC, László Toroczkai explique qu'«il est très important pour le village de préserver ses traditions».

«Si un grand nombre de musulmans arrivaient ici, il ne serait pas en mesure de les intégrer dans la communauté chrétienne», déclare-t-il.

«Je veux que l'Europe appartienne aux Européens, l'Asie aux Asiatiques et l'Afrique aux Africains. C'est aussi simple que ça», ajoute-t-il en forme de philosophie politique.

La crise des réfugiés a contribué à une hausse du sentiment anti-immigrés en Hongrie, largement soutenu par le président Orban et son parti gouvernemental. 

Le maire d'Ásotthalom a capitalisé sur l'inquiétude d'une partie de la population pour introduire des règlementations à la légalité douteuse.

Au delà de l'interdiction locale du port de la tenue musulmane et de l'appel à la prière, il en a profité pour bannir les homosexuels de sa commune.

Plusieurs juristes estiment ces décisions contraires au droit et envisagent de saisir la justice.