Au Fringe, du 8 au 18 juin

«L’eau des nuages» ou 20 tableaux en 60 minutes

Michel Joanny-Furtin
Commentaires
L’eau des nuages

Présenté au Fringe Montréal 2017, L’eau des nuages  est le premier spectacle mis en scène par Marc-André Casavant. Artiste interdisciplinaire, il a choisi de montrer un théâtre avec une approche davantage performative et cinématographique.

«Ce texte est au départ un roman, L’eau des nuages, écrit par Daniel French», précise le metteur en scène Marc-André Casavant. «C’est l’humanité des personnages qui m’a séduite dans cette œuvre. Quand j’ai décidé de produire ce spectacle, j’ai commandé à l’auteur des scènes qui n’existaient pas dans le livre afin d’atteindre une dramaturgie plus proche d’une adaptation théâtrale; notamment une scène dans le cabaret de Madame Papillon, qu’on trouve dans le tome II, et qui,dans la pièce, s’intègre à mon adaptation du tome I», détaille-t-il. «Car L’eau de nuages que nous présentons au Fringe est en fait le premier volet d’une trilogie. Entre le rose et le noir puis Melting Blue Delicious complètent cette trilogie.»
 
«Ma démarche artistique reste très cinématographique dans la façon d’aborder les rapports entre les personnages» explique Marc-André. «Cette direction me permet d’obtenir un jeu d’acteur plus en murmure, un jeu moins projeté qu’au théâtre, en jouant plus sur la sensibilité des êtres, leurs ressentis, leurs mouvements, comme dans la vie. J’adore assembler des morceaux pour voir s’ils peuvent s’imbriquer… »
 
Amour, amitié… et maladie
Lorsqu'un livre provoque la rencontre entre Patrick-Émile et François, c'est le coup de foudre. Seule ombre au tableau, ils ont 20 ans de différence. Il y a aussi Michel et Claude, respectivement diva et cuisinier, un couple en apparence heureux... puis Nathalie, une véritable tornade. Une histoire d’amour intergénérationnelle, d’amitié et de ma-ladie. « En effet, ce spectacle effleure certains tabous comme une relation intergénérationnelle, ou un sujet comme le VIH qui, selon moi, reste encore très tabou dans notre société… »
 
« Pour ce premier spectacle, je n’avais pas envie que ce soit facile. C’est en poussant ses propres limites qu’on découvre ce que l’on est. Je voulais risquer l’équilibre, me mettre dans le trouble », affirme Marc-André Casavant. « Je voulais m’éclater dans une mise en scène très épurée, très minimaliste, avec des changements de tableaux, une vingtaine en 60 minutes chrono! », parie-t-il. « Incluant des changements de costumes sur scène, chaque tableau durera environ 3 minutes; le temps d’une chanson », s’amuse le metteur en scène.
 
L’eau des nuages par Marc-André Casavant, avec David D’Amours-Fortier, Simon Pelletier-Gilbert, Audréanne Cabana, Daniel Leblanc et Miguel Doucet, du 8 au 18 juin, Salle Jean-Claude Germain / Théâtre d’Aujourd’hui. Horaires et billetterie sur www.montrealfringe.ca