Carnaval des couleurs

Célébrer la diversité culturelle dans le Village

André-Constantin Passiour
Commentaires
Dj Ian Key

Comme on vous en parlait au mois d’août, il y aura un tout nouvel événement au cœur du Village lors du week-end de l’Action de grâce: le Carnaval des couleurs. Une toute nouvelle manifestation culturelle inclusive et ouverte à la diversité ethnoculturelle qui se tiendra du 5 au 8 octobre sur la rue Sainte-Catherine Est. En collaboration avec la Société de développement commercial (SDC) du Village, ce festival s’échelonnera donc sur une période de quatre jours. Prestations d’artistes africains, brésiliens, de la chanson, de la musique, de la peinture, etc. Des dizaines et des dizaines d’artistes se produiront sur quatre scènes aménagées sur la rue piétonne, puisque Aires Libres a été ainsi prolongée pour inclure le lundi de l’Action de grâce (le 8 octobre).

Elizabeth  Blouin-Brathwaite
On pourra voir et entendre lors de ce Carnaval des couleurs des artistes tels que Elizabeth Blouin-Brathwaite, marraine du Carnaval, Stéphane Moraille, le Festival d’été brésilien de Montréal, le Cirque Carpe-Diem, Kizaba (danses africaines), un orchestre de musiciens mexicains, Johanne Blouin, Marco Cagliari ainsi que Patricia Klimov (peinture en direct) parmi tant d’autres. Plus de 300 artistes et performeurs participeront à la première édition de ce Carnaval. Le tout sous la direction artistique de Yanick Daigle qui est, également, le directeur artistique du Black & Blue 2018. Oui, il y a un certain rapport de parenté ici avec le Black & Blue puisque les deux activités sont menées de front par la Fondation BBCM : l’un est un événement de partys gais qui se déroule dans des clubs, tandis que l’autre est une activité gratuite, grand public et sur la rue. 
 
«Le Black & Blue et le Carnaval des couleurs sont deux événements complémentaires puisqu’ils sont organisés par la Fondation BBCM. Le Carnaval est un concept plus large que le Black & Blue, plus multiethnique, qui représente la mixité des cultures et qui est ouvert sur le monde. Il s’agit ici d’animer la rue de manière raisonnable durant la dernière fin de semaine de la piétonnisation. Raisonnable parce que c’est notre première édition et qu’on expérimente ainsi un événement sur la rue avec tout ce que cela comporte comme défi», explique Robert Vézina, le président de la Fondation BBCM.
 
«C’était important pour nous que ce soit un événement multiethnique, de pouvoir mélanger les cultures d’ici et d’ailleurs et que ce soit accessible aux familles. On essaie de faire en sorte à ce que chacun y trouve quelque chose qui soit à son goût», de dire pour sa part Yanick Daigle.
 
«Oui, il y a les artistes, mais il y a une approche communautaire, également, dans le sens où on a fait appel à des groupes communautaires multiculturels qui participeront au Carnaval et qui seront là par des kiosques d’information, etc.», dit Robert Vézina.
 
Une scène de DJ et VJ sera aménagée non loin d’Amherst, une autre de DJ sera érigée au parc de l’Espoir, alors que l’on pourra entendre de la musque grâce à une estrade bâtie entre Plessis et Alexandre-de-Sève et l’on pourra voir des perfor-mances sur une 4e plateforme installée près de l’édifice de TVA. «Les DJ et VJ joueront de la musique multiethnique très diversifiée, dans le style inspiré des Buddha-Bars, par exemple. Mais comme nous sommes dans le Village et que nous voulons faire un clin d’œil à la communauté LGBT, on aura aussi l’occasion d’entendre des DJ comme Ian Key et Dan Saycool que les gens connaissent bien. Pour la performance, on pourra voir des danseurs d’écoles brésiliennes ou africaines, ce sera haut en couleurs et en rythmes», poursuit Yanick Daigle. «Si on n’aime pas quelque chose, on pourra aller à l’autre scène où l’on y trouvera sûrement quelque chose qui nous plaît parce que ce ne sera pas monotone du tout», poursuit-il.
 
Le clou de ce week-end sera la procession de soir, le samedi 6 octobre, de 18h à 20h, «une procession qui va se déplacer de bloc en bloc sur la rue, qui va s’arrêter pour performer devant le public. Bien sûr, il n’y aura pas de musique à ce moment-là sur les scènes», indique Robert Vézina. À la brunante, on se laissera émerveiller par des joueurs de cornemuses et de tambours et des danseuses écossaises, mais aussi par le Festival d’été brésilien de Montréal et sa centaine de performeurs antillais et brésiliens qui nous plongera dans le Carnaval de Rio avec sa samba excitante et énergique. «Ce sera vraiment à voir parce qu’il y aura beaucoup de performeurs et ce sera très, très coloré et dynamique», renchérit le directeur artistique Yanick Daigle.
 
Évidemment, comme tout autre festival du genre, on déambulera au milieu des kiosques de plusieurs organisations partenaires de l’événement (dont TV5, DeGama, coop de solidarité, etc.). 
 
Horaire : vendredi 5 octobre, 17h à 23h; samedi 6 octobre et 
dimanche 7 octobre, de 13h à 23h; lundi 8 octobre, de 13h à 17h.
Carnavaldescouleurs.org ou Facebook.com/CarnavalDesCouleurs/
Cirque  Carpe Diem