Mille Batailles et So Blue

Louise Lecavalier incandescente

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Mille Batailles et So Blue
L’icône de la danse contemporaine québécoise, Louise Lecavalier, reprend deux de ses créations, So Blue (2012) et Mille Batailles (2016) à l’Usine C. Celle qui aura passé le cap de la soixantaine quelques jours avant d’être sur scène continue sans relâche d’exister à travers la danse et le mouvement, avec la même intensité, avec la même fougue que lorsqu’elle a commencé sa carrière avec la compagnie d’Edouard Lock, La la la Human Steps.
 
Si les aléas de la vie ont pu lui faire croire que sa carrière comme interprète aurait un point final, la détermination de Louise Lecavalier aura eu raison de tous les obstacles, de tous les deuils. L’énergie, le plaisir de bouger auront finalement toujours eu le dernier mot.
 
 
 
En 2012, elle créait So Blue, ce que beaucoup considère comme sa première chorégraphie pour elle et pour un danseur. Et comme à son habitude, son corps est mis à rude épreuve dans cette chorégraphie de l’extrême. Le corps devient un élément vivant qui échappe à la raison, qui échappe presqu’aux lois physiques tant Louise Lecavalier dépasse toutes les frontières, les barrières, les conventions. Une danse percutante, envoutante, primitive, tribale, proche de la folie et de la transe qui bouleverse nos perspectives sur le mouvement. Louise Lecavalier échappe à tout formalisme pour ne laisser que le corps brut.
 
Avec Mille Batailles, enveloppée dans un costume noir à capuchon sous lequel disparaît son visage, Louise Lecavalier commence dans un premier segment par un jeu plus minimal, les mains, les bras, les déplacements rapides et presque furtifs, avant l’apparition de son partenaire, un double, un fantôme mais qui est aussi autre. S’ensuit alors un jeu de miroirs entre les deux danseurs, qui fusionnent, qui résistent à cette fusion, qui s’émancipent, poussés plus par leur instinct – animal – que par une démarche raisonnée.
 
 
 
Louise Lecavalier, infatigable, comme si son énergie se renouvelait aussi vite qu’elle s’épuise, livre une danse terriblement maîtrisée et exigeante. Avec ses complices, Robert Abubo (Mille Batailles) et Frédéric Tavernini (So Blue), la chorégraphe révèle l’intensité qui habite cette femme dans cette urgence de vivre… et de danser.
 
En partenariat avec l’Usine C et le Festival du nouveau cinéma de Montréal, le documentaire Louise Lecavalier – Sur son cheval de feu, retrace avec nombre d’entrevues d’ami.es, de partenaires, de chorégraphes et de l’intéressée elle-même, ce qui pousse la danseuse et chorégraphe à ne vivre que dans le dépassement d’elle-même.. 
 
Mille batailles, du 9 au 10 octobre & So Blue, les 12 et 13 octobre,  à l'Usine C / Usine-c.com