Madonna en 30 secondes

Billy aime Madonna

Samuel Larochelle
Commentaires
Billy aime Madonna

Billy Robinson est tombé en amour avec Madonna alors qu’il était un jeune ado gaspésien. Depuis, son admiration pour elle n’a jamais faibli. Fondateur du premier site en français dédié à la Madone, il franchit une nouvelle étape en publiant le livre Madonna en 30 secondes, qui pourrait être vendu partout dans le monde.

Billy RobinsonPourquoi Madonna te charme autant?
 
J’ai une passion pour cette femme ambitieuse, qui n’a peur de rien et qui est prête à assumer toutes ses convictions. En la voyant, le jeune homme gai que j’étais a commencé à penser qu’il pourrait s’assumer lui aussi. D’ailleurs, elle a toujours été impliquée avec la communauté gaie. Son premier mentor, un professeur de danse, était gai, et elle sortait avec lui dans les clubs gais à 18 ans. Elle y a rencontré des hommes avec qui elle a tout de suite senti une connexion. En tant qu’adolescent, j’ai constaté qu’elle était entourée d’homosexuels et qu’elle était fière de les mettre en lumière. Je me disais que j’avais peut-être ma place, moi aussi.
 
Quel genre de fan es-tu?
 
Je l’ai vu en show une dizaine de fois. En fait, j’ai assisté à tous les spectacles qu’elle a donnés au Québec depuis 1993, sauf Who’s that girl, parce que j’étais en Gaspésie. Je suis le premier à acheter ses albums, ses billets et ses produits dérivés. J’ai déjà eu une pièce entière dédiée à Madonna. Par contre, je ne suis pas du genre à dormir dehors pour avoir des billets ou à passer des heures près de son hôtel pour la voir. Elle est plutôt une inspiration dans ma vie..
 
Tu es aussi libraire à la Librairie de Verdun et passionné de littérature. Tu maries donc deux passions en créant le livre sur elle. Quel est le concept?
 
La collection «… en 30 secondes » est connue dans 20 pays. Donc, mon livre a le potentiel de s’y retrouver si ça fonctionne bien ici. Je suis fier que le livre soit un produit québécois, étant donné que Madonna a des racines québécoises: son arrière-grand-mère est née à Sherbrooke. Le livre aborde une cinquantaine de thèmes de façon très brève, allant de la femme d’affaires à la mère de famille, en passant par ses influences, ses passions, la danse, la mode, le cinéma, toutes ses tournées et ses moins bons coups. C’est une façon de faire une rétrospective de sa carrière et d’illustrer pourquoi elle dure depuis 35 ans.
 
Pourquoi Madonna a-t-elle le statut d’icône gaie?
 
Elle a souvent joué avec son ambiguïté sexuelle. On l’a vu embrasser des filles à plusieurs occasions. Elle a toujours démontré une ouverture et un grand intérêt pour la communauté. Ses danseurs sont excessivement sexy, beaux et on sent qu’ils sont potentiellement gais. Pour elle, c’est tout à fait normal. Elle n’hésite pas à mettre en scène des gars en talons hauts qui dansent de façon sensuelle. Parfois, on peut avoir l’impression qu’elle fait des gestes calculés, comme tous les artistes. Mais je crois que ça va au-delà de ça. Dès ses débuts, quand elle n’avait rien à prouver, elle allait se produire dans les clubs gais..
 
Comment réagis-tu à ceux qui la personnifient sur scène?
 
J’adore ça! Je vais en voir le plus possible et je les suis sur les réseaux sociaux. 
Ça m’impressionne de voir des gens qui vont encore plus loin dans leur fascination pour Madonna. Selon moi, Jimmy Moore est le top au Canada, pour ne pas dire en Amérique. Il se donne à 300% dans ses costumes et ses chorégraphies, et on sent qu’il connaît le background de son œuvre. 
 
Comment as-tu souligné ses 60 ans cet été?
 
Je suis allé au party organisé au Lion d’Or, pendant lequel un groupe jouait la musique de Madonna de façon jazzée. Chaque année, je souffle une bougie sur une pointe de gâteau en son honneur. Elle fait partie de ma famille en quelque sorte. C’est quelqu’un avec qui j’ai grandi.
 
Qu’est-ce qui l’attend dans le futur?

Son plus gros défi sera de composer avec l’âgisme, mais elle a passé toute sa vie à se battre. Ça la tient debout. Elle travaille sur un nouvel album qui sera encore différent. Elle veut réaliser au cinéma. Elle a encore des choses à exprimer. Cela dit, je crois qu’elle va ralentir un peu. Je ne pense pas qu’elle aura la force de faire des tournées comme avant pendant deux heures consécutives. Mais elle n’est pas prête à remettre sa couronne. 
 
Madonna en 30 secondes, de Billy Robinson, Hurtubise, 2018