Voitures

Vers l’hiver et à travers la saison des nouveautés

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
lexus

L’automne est la saison préférée des constructeurs pour annoncer des nouveautés oupour lever le voile sur des modèles qui feront leur première apparition dans les différents salons qui se succéderont jusqu’en février 2019, ici comme ailleurs. Petit changement pour la rentrée, les pneus d’hiver devront être installés dès le 1er décembre prochain, et non le 15 comme les années précédentes. En revanche, pour le changement de pneumatique au prin-temps prochain, la date demeure la même: le 15 mars.

Du côté des nouveautés, aucune surprise, les VUS, toutes tailles confondues ont encore la cote. On les agrandit au maximum, ou on les rapetisse pour contenter les désirs de la clientèle ou pour toutes les bourses. Ainsi Lexus présente son plus petit VUS, le UX destiné à concurrencer le BMW X1, l’Audi Q3 et le Mercedes GLA. Visuellement, impossible de le manquer, il reprend tous les traits des VUS de Lexus, une calandre très agressive en forme de sablier, des flancs sculptés à la serpe, rendant presque la partie arrière un peu fade face à l’audace de la calandre et des panneaux latéraux. On se distingue ainsi des marques allemandes qui préfèrent la discrétion à l’ostentation.
 
Petit détail intéressant et que tout propriétaire se doit de savoir avant de se procurer un UX, seule la version hybride peut recevoir la traction intégrale. Un bon incitatif pour acheter un véhicule à double motorisation pour celles et ceux n’étant pas d’avance vendu.es à cette nouvelle technologie. Frein possible: la disponibilité des modèles hybrides. Au Québec comme au Canada, la liste d’attente pour des véhicules hybrides ne cesse de s’allonger attestant d’un fossé entre la demande et l’offre. En revanche, l’UX profitera des atouts de la marque. D’abord la fiabilité, les excellentes performances routières ainsi qu’un peu plus de luxe pour la filiale de prestige de Toyota.
 
Telluride. Le nom ressemble à une catastrophe climatique entre tremblement de terre et tsunami. Mais c’est le nom choisit par Kia pour son VUS grand format. Pour le moment, nous savons qu’il sera équipé d’un V6 et qu’il reprendra les lignes du prototype présenté au salon de Detroit… en 2016. Pas d’informations supplémentaires pour un modèle qui devrait être commercialisé au plus tard au tout début de 2019.
 
Mazda Veloster
 
Beaucoup de marques ont développé une division sportive de leurs modèles. AMG pour Mercedes, M pour BMW, S pour Audi ou encore F sport pour Lexus. Hyundai a décidé aussi de jouer la carte sportive. Ses modèles centrés sur la conduite plus musclée s’orneront de la lettre N et se verront adjoindre des éléments extérieurs distinctifs, comme un aileron surdimensionné entre autres. C’est le coupé Veloster qui casse la glace. Ce coupé aux portes avant asymétriques et bénéficiant d’une 3e porte latérale pour faciliter l’accès à l’arrière, avait tiré sa révérence en 2018. Il revient en force avec le millésime 2019, et est déjà en vente. Le Veloster N reprend la même architecture, et outre des détails esthétiques extérieurs, c’est sous le capot que la différence est la plus notable. Si le Veloster de base est équipé d’un moteur quatre-cylindres atmosphérique de 147 chevaux, le Veloster N se retrouve avec un quatre-cylindres turbocompressé développant 275 chevaux et uniquement couplée à une boite manuelle à six rapports. Seulement 200 unités sont prévues actuellement pour le Canada. Pourquoi «N» se demanderont certains puisque la lettre N n’évoque rien de sportif. C’est bien simple, le centre de recherche et de développement en sport automobile de la marque Hyundai est située à Nyamyang en Corée du Sud.
 Volkswagen
Volkswagen avait abandonné le dispendieux VUS intermédiaire Touareg. Celui-ci a été remplacé par l’Atlas, qui a conquis le marché nord-américain. En 2018, ces ventes ont quadruplé comparées à celles du Touareg. La raison du succès, Volkswagen a décidé d’américaniser son VUS. On a privilégié l’espace et la fonctionnalité au luxe auxquels étaient plus sensibles les acheteurs américains. Attention, l’Atlas n’est en rien sous-équipé, et n’a rien à envier à son devancier en matière de technologies, d’équipe-ments de sécurité active et passive et de fiabilité. L’apparence est robuste et le prix un peu moins corsé que le Touareg. Le modèle de base est équipé d’un quatre-cylindres de 2,0 litres. Pour accéder au rouage intégral, il faut se tourner vers le six-cylindres de 3,6 litres ce qui implique une consommation d’essence un peu plus importante. L’Atlas a cependant son objectif, de s’inscrire comme une alternative sérieuse aux autres VUS intermédiaires sur le marché.
 
Mercedes passe au bleu. Dévoilement du premier véhicule 100% électrique pour le constructeur allemand, qui souhaite proposer d’ici quelques années une version électrique à tous ses modèles existants. S’ajouteront les lettres «EQ» pour désigner les autos bleues de la marque de Stuttgart. Prévu pour la commercialisation au printemps 2020, le premier modèle se présente comme un VUS intermédiaire de la taille du Mercedes GLC avec lequel il a d’ailleurs quelques faux airs.