Du 26 octobre au 11 novembre 2018 - 19E Festival du Monde Arabe

Chants de mutants aux rives de Gibraltar

L'équipe de rédaction
Commentaires
Qudud-Flamenco
Photo prise par © Qudud-Flamenco
  • Qudud-Flamenco

La 19eédition du Festival du Monde Arabe de Montréal se tiendra du 26 octobre au 11 novembre 2018 sous le thème Chants de mutants, aux rives de GibraltarEt cette année le FMA tend l’oreille aux musiciens, créateurs, danseurs, conteurs, réalisateurs et penseurs qui, à travers leur vécu, leur héritage d’identités complexes et leur parcours «entre deux rives», raconteront leur trajectoire atypique. D’Est en Ouest, des rencontres insolites, des combinaisons audacieuses et des créations inédites donnent le coup d’envoi de cette édition qui s’annonce passionnante avec plus de 50 rendez-vous uniques, créations, spectacles, projections, conférences et tables rondes. 

Plusieurs projets importants de développement et de partenariat ont vu le jour cette année dont particulièrement le partenariat avec l’Opéra de Montréal pour la présentation de la grande soprano libano-canadienne Joyce El-Khoury ainsi que la collaboration avec le Musée Aga Khan à Toronto pour la tournée de la création 2018 du FMA « Qudud-Flamenco ».

« L’influence de la grande civilisation arabo-musulmane sur le monde des arts est insondable, non seulement dans tout le bassin méditerranéen, mais à travers le globe. Nombreux sont les mélodistes qui ont été fascinés par l’univers arabe : c’est ce qui a fait naître cette collaboration, cette rencontre entre le Festival du Monde Arabe et l’Opéra de Montréal par la présentation d’un concert/récital de la réputée soprano libano-canadienne Joyce El Khoury » déclare Michel Beaulac, directeur artistique de l’Opéra de Montréal.

Salon de la Culture

Le Salon de la culture du FMA porte la thématique de l’année. Des sujets percutants inspirés de l’actualité littéraire, sociale et politique québécoise, mais aussi internationale, émaillent deux semaines de débats et de réflexion. D’éminents chercheurs, intellectuels, journalistes et artistes animeront cet espace de liberté et d’échanges. Ils aborderont des sujets comme l’immigration, la radicalisation en ligne, le vivre ensemble, la perception de l’arabité dans les pays arabes, un éclairage sur la situation de pays comme l’Arabie Saoudite, la Palestine et l’Iran, la peur comme pathologie politique, une réflexion sur la régulation du lien entre le religieux et le politique dans l’islam, les nouvelles formes de mariage post-printemps arabe ou un état des lieux du cinéma libanais. Une place de choix a été donnée au projet J’irai migrer chez vous, en partenariat avec le collectif les Passeurs de voixqui porte sur la scène théâtrale la voix des réfugiés ici au Québec. Enfin, deux projections de films algériens complèteront cette série d’activités dont Tahia Didou, film culte du comédien Mohamed Zinet. 

Cinéma


Le FMA présente, en première nord-américaine, deux films de grande envergure : Retour de flamme (Still burning) de Georges Hachem dont l’acteur principal est nul autre que le dramaturge libano-canadien Wajdi Mouawad qu’on voit pour la première fois sur le grand écran. Le film sera projeté en présence du réalisateur qui donnera également une conférence sur son travail de cinéaste au sein du cinéma libanais orphelin ; et Morine de Tony Farjallah, une fiction historique relatant l’histoire de Marina, la « sainte travestie », qui, pour être admise au couvent interdit à l’époque aux femmes, a camouflé son sexe pendant plusieurs années. Un film qui met de l’avant une des premières féministes combattantes au sein d’un Orient du VIIe siècle. 

Le volet Cinéma présente également, en première québécoise, une sélection de longs métrages en partenariat avec le Cinéma du Parc : Wajibou l’invitation au mariaged’Annemarie Jacir(Palestine), primé et nominé dans plusieurs festivals européens, aborde la tradition palestinienne du « wajib » et traite des complexités des relations père-fils; Israfild’Ida Panahandeh (Iran) touche aux aléas amoureux d’une jeunesse iranienne désabusée ; et enfin Le Clair obscurde Khaoula Assebab Benomar (Maroc),unpoint de vue différent sur l’univers des non-voyants et le rapport qui les lie avec leur entourage…

Programmation gratuite des Arts de la Scène

« Cette année, le volet gratuit des Arts de la Scène se met au service du thème annuel et en propose une déclinaison autour de rencontres performances avec les artistes du FMA : Histoires de mutants. Figures de proue de cette édition, ils se raconteront en danse, en musique et en chant, au plus près de leur univers, dans des spectacles hybrides entre l’atelier-conférence, la classe de maître et le show. À L’espace culturel Georges-Émile-Lapalme, dans une démarche de partage, d’échange et d’apprentissage, les artistes révèleront les meilleurs secrets de leur discipline, leur parcours atypique et leur part de « mutant ». Pierre Khoury, Alida Emsail, Tanveer Alam et Florence Leclerc nous emmènerons dans les univers métissés des danses nouvelles orientales. Said Mesnaoui, Guy Pelletier, Sidi Bémol et Youcef Rais dans ceux des musiques aux racines profondes, faites de mélanges et de virtuosité. Au café culturel L’escalier se rencontreront deux duos de oud originaux : oud/handpan et oud/bouzouki avec Aziz Daouni, Pierre-Olivier Bolduc, Ali Omar El-Farouk et Ianson Milan Ghikadis. Enfin, La Vitrola accueillera le lancement d’album Ela Matta (Jusaqu’à quand?) du trio d’Ali Omar El-Farouk, avec Mike de Masi et Joseph Khoury » a conclu Monsieur Garrigue. 

 

Arts de la Scène 

Création FMA 2018 :

Fidèle à sa tradition, le FMA a conçu une nouvelle création pour sa 19eédition, Qudud-Flamenco, réunissant les deux rives de Gibraltar, une rencontre entre les qududd’Alep et le flamenco andalou, deux traditions musicales dont les racines communes et les similitudes promettent au public de purs moments de créativité et d’extase. Cette création dont la première sera présentée à Toronto au Musée Aga Khan, est signée par le guitariste et compositeur espagnol Carlos Piñana sous la direction de Katia Makdissi-Warren avec les voix de Celia Romero, Ahmad Azrak et Abdelkarim Hamdan.

Série « Les immortels » :

-       Warda, la rose des mondes : Un grand hommage à la diva libano-algérienne Warda porté par les deux voix sensationnelles de l’algérienne Nada Al Raihane et de la libanaise Ranine Chaar, sous la direction de Kamel Maati, chef d’orchestre de renom qui a eu la chance de travailler aux côtés de Warda.

Warda, la rose des mondes

-       Abbas Righi : Le maître du malouf revient au FMA et promet un concert encore plus exalté aux amoureux de la musique andalouse.

-       Lena Chamamyan: Pour la troisième fois au FMA, la chanteuse syrienne à la voix éthérée livre à son public toujours fidèle un concert empreint de sa touche spéciale de chants traditionnels jazzés. 

-       Georges Wassouf : le « sultan du tarab », légende vivante du chant arabe, sera de retour à Montréal après 10 ans d’absence, un concert présenté en prélude au FMA. 

-       Joyce el Khoury : Un concert exceptionnel de la soprano libano-canadienne qui revisitera les plus grands compositeurs qui ont célébré l’Orient, de Ravel à Bizet, en partenariat avec l’Opéra de Montréal.

-       Flashback Beyrouth : les décennies fiévreuses,une immersion dans les années de gloire de la scène musicale beyrouthine des années 60-90, portée par la superbe voix de la chanteuse Ranine Chaar.

 

Série « Chants de mutants » :

-       L’Odyssée de Fulay : L’édition ouvrira ses portes avec la nouvelle création de Cheikh Sidi Bémol, un spectacle à mi-chemin entre théâtre et concert où l’artiste nous invite à un voyage au cœur des légendes et des mythes, un récit fantastique où l’on apprend que les dieux grecs auraient abordé les terres berbère.

-       Kurdes en cordes :un voyage au cœur des traditions musicales les plus méconnues, celles du Kurdistan, à travers les mélodies envoûtantes de l’ensemble Kamaan à qui se joindra la fabuleuse chanteuse française Eléonore Fourniau.


-       Chants de mutants, le gnawa en visite :une nouvelle création du Trio Nomad’s land porteuse du thème de l’édition qui rend visite les traditions ancestrales du gnawa avec des écritures contemporaines portées par les voix du maitre du guembri Said Mesnaoui et de la lumieuse chanteuse canadienne Karen Young

-       HOH : un groupe réunissant trois des musiciens les plus acclamés d’Egypte - Hany Adel, Ousso Lotfy et Hany Eldakkak - dans un souffle acoustique inédit, en co-production avec les productions Jokermail.

-       Meziane Amiche et Nomad’Stones : dans le cadre du gala de la fondation Club Avenir, unesoirée à l’énergie contagieuse mettant en vedette deux groupes phares de la jeunesse contemporaine algérienne. 

-       Oumaima El Khalil : monument de la chanson engagée libanaise, une voix libre quiinsuffle un vent d’espoir sur notre monde actuel. 

 

Découvertes et fusions audacieuses

-       Talween de Walid Zairi : une occasion de découvrir le oud sous un autre jour, teinté de sonorités world et jazz !

-       Le voyage d’Ibn Battouta un dialogue exquis entre le sitar indien et le oud sur les pas du grand voyageur Ibn Battouta qui nous mènera d’Afrique du Nord en Inde. 

-       Caravane : une immersion itinérante dans le monde jazzy de Randa Ghossoub et son quintet à travers un voyage entre l’Est et l’Ouest.

-       Altéritésune mosaïque transfrontalière de sonorités de patrimoines musicaux aussi différents que riches, réunissant une panoplie d’artistes montréalais issus de différentes origines - libanaise, iranienne, irlandaise, chilienne et québécoise.

Festival du Monde Arabe de Montréal - 19eédition  
À la Place des Arts et en salles : du 26 octobre au 11 novembre 2018
www.festivalarabe.com