Fierté à Toronto

Pride Toronto permettra finalement aux policiers de participer au défilé de la Fierté

Karl Mayer
Commentaires

Les organisateurs des festivités de la Fierté à Toronto font volte-face et permettront aux policiers en uniforme de participer au défilé l'été prochain. Pride Toronto avait banni les policiers du défilé lors des deux dernières années à la suite d'allégations de racisme et de discrimination contre le corps policier. La décision avait soulevé la controverse et divisé la communauté LGBTQ.

La volte-face des organisateurs risque d'être tout aussi controversée : de nombreux membres de la communauté LGBTQ continuent de penser que la police a tardé à agir et à les prévenir dans le cas du présumé tueur en série Bruce McArthur, qui aurait ciblé le quartier gai pendant des années.

Nous prenons cette décision en reconnaissant que la croissance de Pride Toronto passe par un engagement à l'endroit d'une variété d'efforts.  - Déclaration de Pride Toronto

Pride Toronto ajoute que “les discussions essentielles qui ont commencé vont continuer, grâce au travail d'organisations auxquelles nous faisons confiance dans notre communauté. ”

«Nous avons demandé et continuons de réclamer des changements institutionnels, mais de tels changements prennent du temps et nécessitent de l'ouverture», peut-on lire dans la déclaration des organisateurs. Ces derniers doivent donner plus de détails lors d'un point de presse mardi.

Pride Toronto semble bien consciente des divisions que suscite le sujet : “Pour plusieurs membres de la communauté, cette décision semblera prématurée; on ne voit pas tous les mêmes signes d'une relation en guérison.”

De son côté, le chef de police de Toronto, Mark Saunders, a déclaré en conférence de presse que les relations entre la police et la communauté LGBTQ étaient tendues depuis un certain temps et que la participation de son service au défilé comptait beaucoup pour eux.

«Nous devions trouver un moyen d'aller de l'avant. Nous n'allons pas faire notre travail correctement si on n'établit pas une relation », a-t-il déclaré. « Ce n'est que le début d'une longue aventure. Notre relation n'est pas au beau fixe, mais en tant que chef, je vous promets que le service de police de Toronto fera tout ce qui est en son pouvoir pour y travailler.»

Le maire de Toronto, John Tory, a exprimé son impatience face à Pride et à la police de Toronto. « Je vais être honnête, les discussions entre Pride et la police ont pris beaucoup plus de temps que ce que j'avais anticipé, mais en fin de compte, il faut rester patient et déterminé. »

Les commandites pour le défilé de la Fierté avaient fondu pour l'édition de 2017 après que les organisateurs eurent banni les policiers en uniforme.

Sources : Globe & Mail et Radio-Canada