Image+nation 31 - 22 novembre - 2 décembre

The Cakemaker : À fleur de peau

Yves Lafontaine
Commentaires

Le cinéma israélien frappe régulièrement à notre porte avec des perles. Souvent consacré au conflit israélo-palestinien, il s’en détourne dans THE CAKEMAKER, premier film de Ofir Raul Graizer. C'est une double histoire d’amour, entre homosexualité et hétérosexualité, sur fond de fondamentalisme religieux.

Ce n’est pas trahir THE CAKEMAKER de dévoiler qu’un des personnages principaux meurt au bout d’un quart d’heure, puisque ce décès est le moteur de l'intrigue et demeure en fili-grane tout du long. Habitant Jérusalem, Oren a une liaison avec Thomas, pâtissier à Berlin, où il se rend régulièrement pour affaires. Quand il décède dans un accident, Thomas rejoint incognito Jérusalem pour rencontrer son épouse Sarah qui l’embauche dans son café où ses talents de pâtissier font fureur, tout comme son charme va opérer sur la jeune veuve…Une relation va naître entre Thomas et Sarah de façon très progressive, sans aucun présupposé. Tim Kalkhof fait preuve de tact dans sa mise en scène feutrée et sa direction d’acteurs d’une extrême délicatesse. Dès la première scène berlinoise dans le café de Thomas, le charme opère entre ces deux hommes qui vont s’aimer, puis se perdre. Fou d’amour, Thomas cherche à le retrouver à travers son épouse qui vit à des milliers de kilomètres de là. Discret, invisible, il va devenir indispensable à sa petite entreprise, semblable à la sienne, et peu à peu la troubler.

Ofir Raul Graizer se révèle grand cinéaste avec ce coup d’essai, par la sobriété communicative des sentiments qu’il distille, tout en retenu. Le charme opère dans toutes les scènes, grâce à ses  interprètes principaux, tout en regards et non-dits, jusqu’à une fin ouverte. Au-delà des sentiments, le film dépeint une société israélienne écartelée entre son ouverture vers l’extérieur et un fondamentalisme ostracisant. Beau, sensible et interrogatif, en mettant en parallèle deux sexualités en même temps que deux types de sociétés, THE CAKEMAKER est une belle surprise cinématographique, en même temps que la révélation d’un cinéaste.  

 

THE CAKEMAKER sera présenté dans le cadre de la 31e édition du festival image+NATION qui se tienddra du 22 novembre au 2 décembre.

Visitez le site du festival pour les billets et plus d’info www.image-nation.org

 

POUR LIRE NOS AUTRES ARTICLES SUR LES FILMS PRÉSENTÉS AU FESTIVAL IMAGE+NATION, CLIQUEZ!

 

22 novembre 2018 

 

23 novembre 2018 

 

24 novembre 2018 

 

25 novembre 2018 

 

26 novembre 2018 

 

27 novembre 2018 

 

28 novembre 2018 

 

29 novembre 2018 

 

30 novembre 2018 

 

1 décembre 2018 

 

2 décembre 2018