Image+nation 31 - 22 novembre - 2 décembre

Tinta Bruta : Pour sortir de l’isolement

Yves Lafontaine
Commentaires

Pedro gagne sa vie dans des chat rooms de sites pornos. La résolution des images n’est peut-être pas parfaite, mais lorsque Pedro se transforme en NeonBoy devant la caméra, il parvient à créer l’impression qu’il désire. Le jeune homme trempe ses doigts dans des pots de peinture phosphorescente et les fait glisser sur son corps nu. Luisant dans la nuit, NeonBoy suit les ordres de ses interlocuteurs jusqu’à ce qu’il accepte, pour de l’argent, de rencontrer l’un d’eux dans un chat room privé. 

Les choses changent lorsque sa sœur déménage de l’appartement et que Pedro remarque que quelqu’un imite ses performances. Si d’abord les interludes érotiques du film n’ont pas immédiatement la puissance fantasmatique qu’on s’attendrait à voir, à l’arrivée de Léo l’utilisation de la peinture prend une plus grande puissance esthétique. Quand les deux gars lancent ensemble la webcam, la beauté de ces corps couverts de peinture fait écho à la montée du désir qui naît non plus seulement chez leur «public» anonyme, mais aussi entre eux. 

 

HARD PAINT (Tinta Bruta) parvient à mêler un univers esthétique moderne et affirmé, les atmosphères brutes de la ville et un propos sur l’acceptation de soi, la réappropriation de son corps et de ses émotions. HARD PAINT est d’abord et surtout un film sur l’isolement et la précarité d’une ville désertée par sa population, mais aussi sur la difficulté des jeunes à réellement connecter ensemble à une époque où la techno est devenue un intermédiaire pour la socialisation et la sexualité. 

 

Le montage élégant des images virtuelles et les histoires des protagonistes nous éloignent du monde réel, mais nous ne sortons jamais de cette société brésilienne de plus en plus homophobe. C’est aux jeunes qui n’y trouvent pas leur place que ce portrait sensible et affectueux en trois actes est dédié. 

  

HARD PAINT / Tinta Bruta sera présenté dans le cadre de la 31e édition du festival image+NATION, qui se tiendra du 22 novembre au 2 décembre.

Visitez le site du festival pour les billets et plus d’info www.image-nation.org

 

POUR LIRE NOS AUTRES ARTICLES SUR LES FILMS PRÉSENTÉS AU FESTIVAL IMAGE+NATION, CLIQUEZ!

 

22 novembre 2018 

 

23 novembre 2018 

 

24 novembre 2018 

 

25 novembre 2018 

 

26 novembre 2018 

 

27 novembre 2018 

 

28 novembre 2018 

 

29 novembre 2018 

 

30 novembre 2018 

 

1 décembre 2018 

 

2 décembre 2018 

 



Vous pouvez également consulter nos articles sur les fims suivants à la programmation du festival cette année.

 

22 novembre 2018 

Plaire, aimer et courir vite : Séduire et survivre…

 

23 novembre 2018 

A Moment In Reeds : L'apprentissage de l'amour

Octavio is Dead! : Au-delà des apparences

Tinta Bruta : Pour sortir de l’isolement

 

24 novembre 2018 

The Fruit Machine : retour sur une chasse aux sorcières

Mario : Devoir choisir entre deux passions

Snapshots : Au-delà des apparences

The Cakemaker : À fleur de peau

Sauvage : nomade urbain

Disobedience : se battre ou renoncer

 

25 novembre 2018 

Sidney & Friends

Bad Reputation : révolutionner le milieu de la musique

M / M : se fondre dans l’autre 

Mario : Devoir choisir entre deux passions

 

26 novembre 2018 

L’épanouissement de Marvin

Love, Scott : le pouvoir de la résilience

 

27 novembre 2018 

Papi Chulo : découvrir et accepter l’Autre 

Daddy Issues : La complexité de l’identité

  

28 novembre 2018 

We the Animals : la force poétique des images et des mots 

 

29 novembre 2018 

Postcards from London ou la célébration de l'homo-érotisme

 

30 novembre 2018 

Eva & Candela : La nostalgie d’un temps heureux 

Kanarie : Trouver sa voie dans un monde d’oppression et d’uniformité

What Keeps You Alive : quand l’amour tue 

Mapplethorpe : le talent, au-delà de la controverse

  

1 décembre 2018 

Las Herederas : Sortir du silence et de la tristesse 

1985 : Retour émouvant sur les années sida 

The Happy Prince : Brillant et inventif à l’image de son sujet

 

 

2 décembre 2018 

GRÍMSEY : L’amour est un voyage

The Miseducation of Cameron Post : L’endoctrinement comme thérapie 

Evening Shadows, entre le coeur et les traditions

Un couteau dans le cœur : un ovni qui parle d’amour impossible