Le 24 novembre 2018 - Soweto Gospel Choir

Un hymne à la joie de vivre et la liberté

Yves Lafontaine
Commentaires
Un hymne à la joie de vivre et la liberté

Afin de souligner le 100e anniversaire de la naissance de Nelson Mandela, symbole de la lutte contre l’apartheid, Les spectacles Place des Arts présentent la réputée chorale Soweto Gospel Choir. Le 24 novembre 2018 à la Salle Wilfrid-Pelletier, l'ensemble y présentera son nouveau spectacle intitulé Songs of the Free.

Tirant son nom du quartier tristement célèbre pour être l’un des symboles de l’apartheid, «Soweto» (South Western Township), l’ensemble d’une qua-rantaine de choristes se spécialise dans un répertoire mêlant freedom songs (chants de liberté), de classiques de la musique sud-africaine et de standards gospels chers au grand Madiba.
 
Depuis, la chorale mixte, sous la direction de Beverly Bryer, sillonne le globe pour propager son message de paix, imprégné de la musique traditionnelle et de la puissance des chants spirituels (gospel). 
 
En plus de Voices of Heaven, Soweto Gospel Choir a produit quatre albums salués par la critique et ayant récolté plusieurs prix : Blessed (2005), African Spirit (2006), Grace (2010) et Divine Decade (2013) en l’honneur des 10 ans d’existence du groupe. De prestigieux artistes invités ont pris part à la création de ce dernier opus, dont Johnny Clegg, Zahara, Elvis Blue, Paul Ruske, Robert Plant et U2. Au fil de son parcours, le chœur a prêté son talent à des artistes aussi réputés que Céline Dion, Mariah Carey, Peter Gabriel, Josh Groban et aux légendes de la musique gospel Bebe Winans et Kirk Franklin.
 
Cela dit, le groupe n’a pas besoin de vedettes pour séduire le public. Sur scène, le chœur séduit son public par ses costumes colorés, ses danses énergiques et le talent de ses musiciens et percussionnistes.
 
En plus d’un concert de qualité, Soweto Gospel Choir offre aussi un spectacle visuellement attrayant. Leurs voix profondes s’exaltent quand ils chantent leur foi, et tout leur corps s’anime parfois en danses zouloues énergiques et expressives. A cappella ou accompagnées des musiciens, les voix s’unissent pour chanter dans 6 des 11 langues officielles d’Afrique du Sud : zulu, xhosa, sotho, tswana, venda, tsonga et anglais. 
 
 

Nelson Mandala

L’ambiance rassembleuse, puissante et colorée célèbre alors des morceaux classiques tels que le célèbre standard gospel Oh, Happy Day composé par Phillip Doddridge, Edward F. Rimbault et Edwin Hawkins en 1967, ou encore Asimbonanga (Nous ne l’avons pas vu), l’hymne de Johnny Clegg écrit en 1987, lorsque Nelson Mandela était emprisonné sur l’île de Robben Island, au large du Cap. Frissons garantis...
 
Cette démarche pacifique se traduit sur scène par une joie de vivre contagieuse et reflète aussi un engagement caritatif de longue haleine. À l’instar du premier concert 46664 — le numéro matricule de Nelson Mandela lorsqu’il était en prison — donné en 2003 en faveur de la lutte contre le sida, le chœur a créé la même année une fondation dédiée aux enfants sud-africains rendus orphelins à cause de cette maladie. Le groupe compte aussi pour parrain l’ancien archevêque Desmond Tutu, prix Nobel de la paix en 1984. 
 
C’est donc fort de cette alliance que le Soweto Gospel Choir prêche une ode à l’espoir et affiche fièrement l’héritage et l’âme de l’Afrique du Sud. Une ode qui réussira sans aucun doute à faire se lever toute la salle Wilfrid-Pelletier avec son nouveau spectacle Song of the Free.  
 
Soweto Gospel Choir à la Salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts de Montréal, le 24 novembre à 20 h. Infos et billets : placedesarts.com/fr/