Le concert Voix d’espoir, le 23 novembre

Le messie de Haendel pour l’espoir

André-Constantin Passiour
Commentaires
messie de Haendel

Comme c’est la tradition à cette période-ci de l’année, la Maison du Parc nous convie à un concert bénéfice avec musiciens et solistes de renom. En 2017, on avait apprécié la Messe en do majeur de Ludwig Van Beethoven. Cette fois, Voix d’espoir nous fait voyager au pays de Haendel avec des extraits de l’œuvre magistrale Le Messie, le vendredi 23 novembre en la magnifique église St. Andrew and St. Paul. L’oratorio sera jouée par 25 concertistes de l’Association des musiciens de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM). 

Cet événement vient souligner la Journée mondiale de lutte contre le sida, du 1er décembre. «De nos jours, on banalise le VIH-sida, c’est comme s’il n’existait plus. Pourtant, toutes les trois heures, une personne est infectée au Canada. Ce concert sert donc aussi à sensibiliser et à lutter contre la stigmatisation vécue par les personnes qui vivent avec le VIH. On oublie, trop souvent, qu’il y a encore des gens qui meurent du VIH», rappelle Monique Drolet de la Maison du Parc. Rappelons que la Maison du Parc «accueille toujours 12 personnes vivant avec le VIH-sida et elle est toujours pleine», indique Monique Drolet. Ce centre d’hébergement et de soins vit avec un budget de 750000$ par an, et ce concert amasse habituellement près du quart de ce budget. «Un événement comme Voix d’espoir est d’autant plus important que c’est de plus en plus difficile d’aller chercher de l’argent. C’est notre plus grand événement de financement de l’année à la Maison du Parc et c’est possible grâce à  notre commanditaire principal, la BMO, qui nous soutient à travers les années », rajoute-t-elle. Cela fait maintenant 18 ans que cette activité de financement de la Maison du Parc est accueillit par cette église presbytérienne de style gothique capable d’accueillir plus de 1 200 personnes.
 
Ceux et celles qui se déplaceront ce vendredi-là seront émerveillés par les extraits de ce Messie. Pièce monumentale de la musique classique et sacrée, cet oratorio a été composé par Händel en 1741 . Jouée pour la première fois à Dublin, le Messiah - c’est une pièce en anglais – comporte trois longues parties d’une durée de plus de 2h30. «Le Messie est très long, c’est pourquoi on ne présentera que des extraits de cette création», souligne Monique Drolet. 
 
Sous la direction du maestro Jean-Sébastien Vallée, on pourra entendre Stéphanie Manias, soprano, Charlotte Gagnon, mezzo-soprano, Marcel D’Entremont, ténor, Olivier Gagnon, ténor, John Giffen, baryton, et Clayton Kennedy, également baryton, en plus des membres de l’excellente chorale de St. Andrew and St. Paul. Mais il y aura une nouveauté cette année: ce sera un récital gender bender, comme on dit en anglais. «Pour le concert bénéfice de cette année, nous voulions offrir quelque chose d’un peu spécial, de ludique. J’ai décidé de revisiter ce classique qu’est Le Messie de Haendel et d’y ajouter encore un revirement inusité en changeant les partitions des chanteurs. Nous avons donc demandé aux solistes féminines de chanter les morceaux réservés aux hommes et vice versa. Ainsi, en plus d’offrir une version rafraîchie de ce classique, nous la jouons avec une nouvelle approche rendant ainsi la performance plus actuelle en redéfinissant les genres attribués normalement aux chanteurs. Dans une société où on parle de plus en plus d’égalité et d’identité de genre qui alimentent les débats, nous voulions saisir l’occasion de cette performance pour remettre en question les rôles préconçus dévolus aux genres», commente le chef d’orchestre Jean-Sébastien Vallée.  
 
Rappel : Concert le 23 Novembre à 19h30 à l’église St. Andrew and St. Paul, 3415, rue Redpath, près de Sherbrooke, à côté du Musée des Beaux-arts de Montréal. Billets : 35$ ou 100$ VIP (avec cocktail privé après le concert). Billets en vente sur ticketpro.ca. Infos : maisonduparc.org