À regarder

Couleurs d’automne

Luc-Alexandre Perron
Commentaires
New Amsterdam
Bonjour chers lecteurs. Depuis le mois d’août, je vous parle de nouvelles émissions à la télévision. Eh bien, ce n’est pas terminé! En effet, la saison d’automne 2018 est particulièrement riche en nouveautés! Autant au Québec que chez nos voisins du Sud, le petit écran semble se renouveler cette année. Plusieurs séries ont pris fin l’an dernier ou ne reviennent tout simplement pas, faute de cotes d’écoute satisfaisantes. Voici donc, mes suggestions pour ce mois-ci. Certaines sériées sont déjà diffusées mais sont peu connues au Québec.
 
Carl(a). Un téléfilm sur le web. Et quelle présentation! Vraiment, quand on visionne ça, l’impression de «petit budget» souvent associée au web s’efface complètement. Carl, en transition pour devenir Carla, doit faire face au quotidien d’une personne trans. Laverne Cox (l’actrice ouvertement trans qu’on a pu découvrir dans la série Orange is the new black), campe le rôle-titre avec un doigté de fée. D’abord mal compris par son entourage, Carl décide d’affronter autant ses démons intérieurs que son environnement et affirme sa transsexualité. Confrontée et rejetée par sa famille, Carla doit même composer avec un conjoint qui vit beaucoup de questionnement par rapport à l’identité de genre de sa copine. Pourtant, afin de survivre et d’être finalement bien dans sa peau, Carla n’a qu’un seul choix: rester elle-même en dépit de tous et chacun. De toute manière, la seule chose qui lui importe pour le moment est d’amasser suffi-samment d’argent pour payer ses chirurgies de réassignation sexuelle. La présence des transgenres à la télévision et sur le web se veut de plus en plus diversifiée et nous avons donc droit à des personnages multi dimensionnels dont la force et la puissance dépassent leur besoin de changer de sexe.
 
Infoman. Un must du jeudi soir. Jean-René, Chantal et MC Gilles se complètent parfaitement afin de rendre notre soirée agréable. Toujours pertinent dans ses interventions impertinentes, Jean-René Dufort est devenu un incontournable dans le paysage politico-culturel québécois et même canadien. L’homosexualité n’est plus un sujet fréquemment abordé mais il n’est pas évité non plus. Par exemple, la fois où Chantal Lamarre se base sur la série Queer Eye et qu’elle invite trois intervenants à refaire le look des quatre chefs de parti juste avant les élections provinciales. Show à la fois d’humour et d’enquête, Infoman peut servir d’émissions d’information pour celles et ceux qui n’écoutent pas les bulletins de nouvelles car ils trouvent ça trop déprimant. Une 19e saison pour l’équipe démontre toujours sa raison d’être sur les ondes québécoises.
 
Grown-Ish. Série dérivée de la série Black-ish, l’émission suit Zoey, la fille aînée de la famille qui arrive au collège. Immédiatement, sa copine de classe lui annonce qu’elle est bisexuelle. Dès le départ, Grown-ish se démarque de sa série d’origine et offre un kaléidoscope de personnages. On a souvent tendance à oublier le «B» des LGBT. Ici, pas d’hésitation, on adresse directement la question de la bisexualité. Une série, somme toute assez mignonne et pleine de bonnes intentions.
 
New Amsterdam. Une autre série américaine qui se passe dans un hôpital! Après The Good Doctor et The Resident, voici une autre série médico-dramatique. Cette fois-ci, la prémisse de base est l’arrivée du Docteur Max Goodwin (campé par Ryan Eggold) dans l’un des plus anciens hôpitaux publics de la ville de New York (connue autre fois sous le nom de New Amsterdam), qui décide, lors de sa nomination de directeur de réformer l’approche médicale de son centre hospitalier. Exit donc, le contrôle absolu des compagnies d’assurances privées qui empêchent les plus pauvres d’avoir accès à des services de santé. Il veut que ses patients soient traités avec le plus grand soin. Il tente alors de modifier en profondeur l’approche de son équipe médicale composée d’une grande diversité de médecins et d’infirmières. Comparée à The Good Doctor, c’est beaucoup plus sérieux et face à The Resident, c’est plus humain.
 
Les engagés 
Les engagés. Hicham et Thibaut sont les héros de cette série-web totalement politique. Je sais que je suis un peu en retard puisque la saison 2 est déjà disponible. Mais les produits médias issus de la France nous parviennent difficilement. Heureusement, le web arrive à nous faire découvrir de véritables trésors. La communauté LGBT de Lyon en France est victime d’agression, de discrimination, de violence. La résistance s’organise et les membres de la communauté ripostent. Les gais et lesbiennes se rencontrent au Point G, le centre communautaire pour la lutte des droits des LGBT. Plusieurs scènes s’y déroulent et le centre devient le lieu de rencontre des nombreux personnages. Si vous avez la nostalgie de l’époque d’ACT UP, de Queer Nation et de tous les mouvements de lutte LGBT, vous allez adorer cette série. Et bonus: c’est en français, une rareté sur le web. Une série de fiction, certes, mais très proche de la réalité des gais et lesbiennes dans le monde occidental. Des gens engagés, il y en a toujours eu et il y en aura toujours. Et c’est réconfortant de savoir que des héros vivent parmi nous.
 
I Feel Bad. Une nouvelle comédie sur le réseau NBC qui raconte l’histoire et la vie pleine de rebondissements d’Emet, une femme qui tente par tous les moyens d’obtenir la perfection tant dans sa vie familiale que professionnelle. Elle s’impose des règles et des standards tellement élevés que personne ne pourrait les atteindre. De plus, elle travaille dans une boîte qui produit des jeux vidéo et elle est entourée d’hommes qui ont la moitié de son âge. Dès le départ, elle se retrouve toujours comme l’élément externe du groupe. Sarayu Blue campe avec justesse le rôle principal et on s’identifie rapidement à quelqu’un qui subit les nombreuses pressions de la vie moderne, où on se sent toujours observé et critiqué lorsque nous ne pouvons rencontrer nos objectifs. Emet doit donc composer avec l’imperfection, apprendre à lâcher prise et devenir une personne normale. Pas toujours facile quand on est rigide. Cette émission me fait vraiment sourire. On se retrouve et on se remet en question de manière humoristique. Une belle découverte.
 
Révolution. Je ne m’attendais pas à aimer ça, mais cette compétition de danse est vraiment fantastique! Les danseuses et les danseurs nous éblouissent avec leur talent et leur souplesse. Le jury ne passe pas de commentaires inutiles et vains comme on en entend souvent dans ce genre de compétitions. Un beau programme pour relaxer en soirée.
 
SHADOW HUNTER
 
Shadow Hunter. Un genre de True Blood qui mélange vampires, sorciers et autres êtres surnaturels. Dès la première saison, on nous présente un couple gai particulièrement sexy. D’ailleurs, ce couple a attiré l’attention de nombreux téléspectateurs LGBT. L’histoire en elle-même se veut un tantinet trop complexe inutilement, mais vous serez charmés par la beauté des comédiens. Suivez les aventures de Clary, mi-ange mi-humaine dans sa chasse aux démons, qui lorsqu’elle découvre ses origines se voit confrontée à son héritage et doit prendre les armes contre les forces du mal. Il faut suivre avec attention cette série car il y a de nombreux personnages et plusieurs intrigues en même temps. De très belles images complémentent à la perfection cette émission de science-fiction.
 
FBI. Du même groupe qui nous offre Law & Order et toutes ses séries dérivées depuis plus de 20 ans, voici une nouvelle émission policière mais qui comporte un volet «Intel». Les effets spéciaux se veulent plus présents (poursuites automobiles, explosions, etc.) que dans les autres séries. Vraiment une série à découvrir. À voir bientôt: House of Cards. Des hommes ayant accusé Kevin Spacey d’inconduite sexuelle, le tournage de la série avait été freiné. Mais vous savez combien Hollywood n’arrête devant rien. Alors, c’est la veuve du président qui assumera la haute fonction à sa place.
 
FBI
 
Petite note publicitaire : lorsque vous regardez la télévision traditionnelle, regardez-vous les publicités? La compagnie de jeans Levi’s a décidé d’inclure les LGBT dans sa plus récente pub. On y voit des gens hétéros, gais, blancs, noirs, jeunes et moins jeunes danser. Une excellente idée et présentation. Ces compagnies tentent de nous charmer car ils reconnaissent la valeur du marché LGBT. Enfin! Une autre publicité que j’aime bien à la télé et qui n’a rien de particulièrement gai, la pub de Dormez-vous! Ça me fait sourire à chaque fois (Au Québec, une personne sur trois dort mal).
 
Maintenant, dans la catégorie à éviter: XOXO. Je n’ai jamais vu une affaire comme ça. D’abord, on annonçait quelque chose qui irait plus loin, un genre de téléréalité 2.0. En fait, c’est très banal. Un groupe de pitounes et de gars musclés qui s’affrontent pour le premier prix. Et le genre de monde qu’on y retrouve me fait surtout penser aux hétéros qui viennent dans le Village l’été pour célébrer leur enterrement de vie de garçon (ou de fille) et qui se pensent drôles et originaux, comme s’ils étaient les  premiers à y avoir pensé. On a vraiment vu mieux à la télé! D’ailleurs, les cotes d’écoute ne sont pas au rendez-vous et TVA doit s’en mordre les doigts.
 
Voilà ce qui complète ma chronique pour ce mois-ci. N’hésitez pas à zapper devant votre téléviseur, vous risquez de découvrir des petits bijoux de production! La diversité à la télévision se veut de plus en plus inévitable.