Dr. Nguyen To-Anh du centre dentaire Mont Royal

À dix ans, elle savait qu’elle allait devenir dentiste

Daniel Rolland
Commentaires
Nguyen To-Anh

La vocation se décide souvent par le plus grand des hasards. Et dans le cas du Dr. Nguyen To-Anh, elle s’est décidée alors qu’elle était vraiment toute jeune.

Habituellement les enfants redoutent assez le dentiste. Pour ne pas dire une véritable épreuve. Mais pas pour la petite Nguyen To-Anh qui, débarquée un an à peine du Vietnam, visite un cabinet de dentiste pour la première fois. Elle avait alors dix ans. «Loin de m’avoir fait peur, j’ai adoré l’ambiance et c’est à ce moment là que j’ai su ce que je ferai dans la vie». Aussi simple que ça. Elle entreprendra donc des études en dentisterie à l’Université de Montréal où elle sera reçue en 2002. Elle complètera ensuite sa formation dans le cadre d’une résidence à Rochester dans l’État de New York. C’est donc une professionnelle accomplie sur tous les plans qui vous accueille au Centre dentaire Mont-Royal fondé en 1984 où elle a repris le flambeau de l’ancien propriétaire qui demeure toutefois avec l’équipe de sept dentistes, dont un spécialiste en parodontie. Il faut la voir remplie d’empathie pour son patient. Car, qu’on le veuille ou non, ce n’est jamais une partie de plaisir que de s’asseoir sur cette chaise, la bouche grande ouverte, souvent un très long moment. C’est là que l’empathie de la dentiste fait merveille, penchée attentivement sur celui ou celle qui lui confie sa santé dentaire. En la voyant agir, je me remémorais tout à coup ces orfèvres qui travaillent sur une pierre précieuse, dans l’infiniment petit. La comparaison tient la route, car un travail bâclé, et on l’a vu récemment dans l’actualité, peut avoir de graves conséquences.
 
La question esthétique
On vient pour un mal de dent, oui, mais beaucoup maintenant pour des considérations esthétiques. Et c’est là que la profession de dentiste a pris une nouvelle tournure ces dernières années avec ces corrections à faire. Que voulez-vous, on n’est pas tous né au départ avec le même capital. Donc question d’améliorer le «finish», on acceptera de se soumettre à des mains expertes qui corrigeront les erreurs de la nature. «Quand ce sont des cas un peu plus compliqués, nous avons un réseau de spécialistes qui prennent le relais avec qui nous collaborons étroitement», souligne celle qui gère un cabinet très occupé sur le Plateau Mont-Royal. On nous avait dit beaucoup de bien de ce centre dentaire, et celle qui redonne le sourire aux gens, sait qu’au-delà de la publicité, il n’y a rien de tel, excusez le jeu de mots facile, que le «bouche» à oreille. À sa nouvelle responsabilité de patronne, s’ajoutent désormais des tâches administratives, mais vous ne l’entendrez pas s’en plaindre. Car quand votre vocation a pris racine si tôt dans la vie, c’est qu’on accepte tout ce qui vient avec. Et elle le fait en souriant comme de raison.  
 
Centre dentaire Mont-Royal
1374, avenue du Mont-Royal Est (Suite 105) 514 523-2150