Trans - commerce

Expulsé d'un sauna gai car il avait encore son vagin

L'équipe de rédaction
Commentaires

Un jeune homme trans a raconté une humuliante mésaventure dans un établissement londonien, lequel se défend de toute discrimination.

On a eu vent de la polémique qui a fait rage cet été au Royaume-Uni sur l’inclusion des femmes trans dans les espaces féministes et lesbiens. C’est en quelque sorte le reflet masculin de cette controverse qui s’est produit le mois dernier dans un sauna gai de Londres. 

Jason (prénom d’emprunt), un jeune homme trans de 26 ans avait décidé de visiter le Sailors Sauna, établissement du quartier de Limehouse, en compagnie d’un copain. Non sans avoir au préalable vérifié sur le site web qu’il n’avait pas de politique spécifique sur les clients trans. «Il n’y avait rien qui dise que les hommes trans n’était pas les bienvenus», a-t-il raconté au site GayStarNews. 

Mais au bout d’une heure de déambulation entre hammam et cabines, un membre du staff s’est présenté à Jason et l’a prié de quitter les lieux, en répétant que c’était «un espace masculin». «On m’a dit que je n’étais pas autorisé à rester à cause de mes parties génitales», explique-t-il. En effet, le jeune homme est non opéré. Par contre, il est reconnu officiellement en tant que personne de sexe masculin et son apparence est masculine. Il a ainsi montré son passeport à l’employé, qui n’a rien voulu savoir. «On m’a dit que si j’avais eu des seins et une bite, ç’aurait été; mais pas un vagin.» Une situation très humiliante, selon le jeune homme.

Excès de prudence
Le Sailors Sauna a confirmé l’incident, déclenché selon lui par la plainte d’un client. La direction s’est justifiée en plaidant l’excès de prudence. Le personnel n’était pas sûr que sa licence municipale l’autorisait à accepter des personnes «en cours de transition» – ce qui s’est pourtant révélé être le cas. Le client a été remboursé, assure le sauna, qui lui a présenté ses excuses. 

La loi sur l’égalité en vigueur depuis 2010 au Royaume-Uni sanctionne la discrimination visant les personnes trans.

Source : 360.ch  et GayStarNews